mardi 15 mars 2016

Pitit Desalin appelle les parlementaires à accorder un vote de confiance a l'énoncé de politique générale du premier ministre: la plateforme presse le président Privert de mettre en place lescommissions d'audit de la gestion du régime Martelly et de vérification des joutes 2015



Port-au-Prince, le 15 mars 2016 – (AHP) –  La plateforme politique PITIT Dessalines a appelé mardi les parlementaires à accorder un vote de confiance a l'énoncé de politique générale du premier ministre Fritz Jean.

Le responsable d’une des structures composant la plateforme, Rony Timothée, continue de réclamer dans le même temps la mise sur pied de la commission d’évaluation des élections de 2015 ainsi que celle devant auditer la gestion de l’administration de l’ancien président Michel Martelly.

La nécessité de mettre sur pied la commission d’audit est de plus en plus évidente notamment après l’adresse à la nation dimanche du président Jocelerme Privert .

Le chef de l’Etat avait indiqué que seul 5% des contrats signés entre l’Etat et les entreprises privées pour l’exécution de plusieurs projets grâce aux fonds PetroCaribe ont été signés suivant les normes.

De plus, a dit le chef de l’Etat, de nombreux projets ont bénéficié de décaissements de fonds mais n’ont pas été réalisés.

Cette information avait été confirmée récemment par le directeur de l’unité de construction de logements et de bâtiments publics, Clément Bélizaire, qui avait reconnu que la firme dominicaine qui était chargée de construire le nouveau bâtiment devant loger le parlement, avait reçu une avance de 10 millions de dollars US sur les 33 millions que devrait couter la construction du chantier mais elle a finalement abandonné.

Si le président Jocelerme Privert a indiqué que le bureau de monétisation des programmes d’aide au développement BMPAD était défaillant, le député Antoine Rodon Bien-Aimé a demandé que son directeur Eustache St-Lot soit mis aux arrêts afin qu’il puisse rendre des comptes.

Plusieurs autres secteurs politiques estiment que si les membres de l’ancien régime et leurs conseillers s’opposent avec autant de virulence à l'avènement d'un nouveau gouvernement et à la mise en place de la commission d’audit, c’est par crainte que soient   découvertes des preuves de corruption graves et de détournement de fonds dans  la gestion de l’administration Tèt Kale.

0 commentaires:

Publier un commentaire