mercredi 19 juillet 2017

Le spécialiste en sécurité Yves Cadet prédit le chaos total pour le pays, si l'armée voulue par les autorités est créée dans les circonstances actuelles: j'en suis persuadé comme je crois que je vais mourir, a-t-il dit


Port-au-Prince, le 19 juillet 2017 - (AHP) -Alors que le ministre de la défense Hervé Denis indiquait ce mercredi qu'une rallonge de la période de réception des candidatures est envisageable dans le cadre du recrutement des premiers aspirants soldats pour la "nouvelle armée" et que  le gouvernement compte aider un maximum de jeunes à postuler, de plus en plus de voix s'élèvent pour mettre en garde contre le danger qu'une telle aventure fait peser sur le pays.

Le spécialiste en sécurité, Yves Cadet  a estimé que le projet de  remobilisation de "l’armée" risque de causer de graves torts à la nation haïtienne, vu qu’un ensemble de conditions  ne sont pas réunies. 

Une armée au rabais et illégitime est, selon lui, le profil qui caractérisera cette force publique, si elle est créée dans l’impréparation.

"Si on remobilise l'armée dans les circonstances actuelles, ce sera   le chaos total. Cette pseudo force fera plus de mal que de bien et  au lieu d'apporter la paix, elle va enfoncer le pays davantage dans l'insécurité  avec beaucoup plus de crimes et de malheurs de toutes sortes. 

Ils veulent créer une armée dans le dos des institutions et de la population

Yves Cadet a souligné que toute armée qui n'a pas un support populaire est vouée à l'échec.

"Même dans la mission constitutionnelle de l'armée, il lui faut avoir  un back-up populaire", a-t-il dit, ajoutant que vouloir créer une armée de façon simpliste,sans un reférendum et une consultation préalable, c'est aller droit  vers l'échec.

Il rappelle à ce propos que le plus gros problème de l'armée américaine au Vienam est venu du fait qu'elle n'avait pas l'appui du peuple américain.

Une armée pour faire quoi? 

"Alors que rien mais  vraiment rien  ne marche au pays de façon normale, alors qu'Haïti vit dans la mendicité, alors qu'on augmente de façon vertigineuse les taxes sur un ensemble de service, que la police fonctionne dans des conditions absolues de précarité, pourquoi c'est la remobilisation de l'armée qui serait  si indispensable et si incontournable pour le pays, s'interroge l'expert.

Et d'ajouter pourquoi  vouloir une armée édentée, sans aucun moyen economique et logistique et incapable de se tenir devant  aucnue autre armée?. 

Yves Cadet  croit que c'est une absence de sagesse que de vouloir dans ce meme petit pays faire fonctionner  deux corps dans les mêmes conditions abracadabrantes

Ce sera une armée mort-née, si jamais, elle créée, conclut  l'expert, qui demande au journaliste de l'AHP qui l'a interviewé de témoigner un jour qu'il l'avait prédit.

-------------------------------

La résolution de la crise du secteur de la sous traitance ne semble pas pour demain: porte-parole de la présidence et membres du CSS relaient différemment la position du chef de l'Etat, pendant que les conseillers s'alignent presque tous sur la position des patrons




Port-au-Prince, le 19 juillet 2017 - (AHP) - La crise du secteur de la sous-traitance semble mettre dos a dos le président Jovenel Moise et les membres du conseil supérieur des salaires dont le rapport sur les salaires de base devant être appliqués dans les différents secteurs d'activités, a été rejeté par la quasi-totalité des secteurs, hormis le patronat.

Et ce nesons pas les rencontres séparées entre le président Moise et les protagonistes  mardi au palais présidentiel qui semblent pouvoir arranger les choses. 

Alors que l'un des 4 porte-paroles de la présidence, Lucien Jura, a indiqué que le président Moise a donné un délai de 48 heures au CSS pour produire un nouveau rapport, deux conseillers ont formellement démenti l'existence d'un tel ultimatum alors qu'un autre membre, très influent du CSS a indiqué qu'il n'était pas question que cette structure dont la totalité des membres sont accusés d'être à la solde du patronat, revoie sa copie.

Le président Jovenel Moise, conscient que l'imposition des recommandations du CSS peut lui donner d'énormes problèmes et voulant une solution qui soit acceptable pour tous les protagonistes, a demandé au conseil supérieur des salaires de faire de nouvelles proposition.

Il soutient que le chef de l'Etat est en faveur du dialogue pour permettre la résolution de la crise et c'est pour cela qu'il a donné mardi au CSS- une structure qui est censé regrouper des représentants du patronat, des syndicats et de l''Etat, ndlr- un délai de 48 heures pour produire de nouvelles recommandations.

Cependant, au moins deux membres du CSS démentent formellement l'existence d'un tel ultimatum. Gilbert Durand (Patronat) qui a participé a la rencontre au palais national, affirme qu'a aucun moment de la durée, un tel délai n'a été donné.

Au contraire, dit-il, le président avait tenu a féliciter le CSS pour son rapport, qu'il continue d'analyser, et demandé aux conseillers de se tenir prêts pour d'éventuelles invitations car, a-t-il rapporté, le chef de l'Etat a promis de décider avec eux, sur la question du salaire minimum.

M. Durand a aussi banalisé la correspondance du ministre des affaires sociales Roosevelt Bellevue qui, vendredi dernier, a donné un délai de 72 heures au CSS, pour qu'il revoie sa copie. Nous n'avons pas a poursuivre les réflexions, a clairement indiqué M. Durand.

L'un des représentants contestés des syndicats au CSS, Pierre Joseph Policarpe (patronat officieusement), abonde dans le même sens et parle le même langage que son collègue-conseiller du patronat. Le CSS a déjà produit son rapport et le président n'y voit aucun problème , a-t-il laissé entendre.

Le chef de l'Etat nous a dit qu'il entendait poursuivre les consultations avant de prendre sa décision, a rapporté M. Policarpe.

Au Sénat de la République, le président de la commission "affaires sociales", Antonio Chéramy, qui a grandement embrassé la cause des ouvriers, s'est félicité de la décision de Jovenel Moise de ne pas publier le rapport du CSS tel qu'il a été rédigé.

Le parlementaire encourage le président Moise a impliquer dans les discussions, les représentants des syndicats qui manifestent depuis plusieurs mois, réclamer un salaire de base de 800 gourdes par jour.

Quant aux ouvriers qui ont repris le travail en début de semaine, ils n'attendent que la décision du chef de l'Etat concernant l'ajustement du salaire minimum à 800 gourdes, pour savoir si oui ou non ils vont reprendre la rue. 

Menace de relance de la grève à l'OAVCT, en raison d'une mesure de mise en disponibilité contre 850 membres du personnel


Port-au-Prince, le 19 juillet 2017 - (AHP) -Le syndicat des Employés de l’office d’assurance de véhicules contre tiers( OAVCT) menace de relancer la grève au sein de l’institution en vue de protester contre une mesure prise contre des employés par la commission de trois membres qui remplace l’ex directeur général, Elie Blaise. 

Environ huit cent cinquante (850) membres du personnel ont été mis en disponibilité sans aucune explication, dénonce l’un des portes parole du syndicat, Ouanche Luc.

Ailleurs, la grève a été Levée partiellement  ce mercredi 19 juillet à la Maternité Isaïe Jeanty et Léon Audail.

Le syndicat du personnel de soutien annonce qu’une entente provisoire a été trouvée avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population qui a répondu partiellement à ses revendications dans le budget rectificatif 2016-2017.

mardi 18 juillet 2017

De nombreux secteurs, notamment de droits humains s'élèvent contre la façon dont le gouvernement procède pour créer une nouvelle armée: on risque de se retrouver avec une milice repressive ou de dangereux individus



Port-au-Prince, le 18 juillet 2017 - (AHP) - La coalition d'organisations de la société civile et de droits humains composée entre autres du Réseqau national de défense ds droits humains (RNDDH), de la CE-JILAP, de la SOFA, de la Plateforme des organisations haïtiennes de defense des droits humains (POHD)H et du Conseil haïtien des acteurs non étatiques (CONHANE) a exprimé ce mardi de vives inquiétudes quant à la façon dont le gouvernement du président Jovenel Moise et du premier ministre Jacques Guy Lafontant, procède a la remobilisation des forces armées.

La directrice exécutive de la commission épiscopale Justice et Paix, Jocelyne Colas Noel, estime que le processus de remobilisation des forces armées n'a pas été enclenché de manière correcte, arguant qu'il fallait d'abord analyser les raisons qui avaient conduit à la démobilisation des ex-FAd'H en 1995.

Elle estime que les autorités haïtiennes sont en train d'agir avec précipitation, en mettant la charrue avant les boeufs, car, ce n'est pas de cette façon qu'elles arriveront a résoudre les problèmes d'insécurité et de  la criminalité auxquels le pays est confronté, a-t-elle dit.

C'est aussi l'avis de l'assistante de programmes au réseau national de défense des droits humains,
 Rosie Auguste Ducénat qui affirme qu'on devrait d'abord plancher sur les graves torts que la défunte armée avait causés aux citoyens.

Pour la militante des droits humains, il est anormal de laisser au seul ministère de la défense toute la latitude de remobiliser l'armée, parce qu' étant la seule institution impliquée dans le processus de recrutement des aspirants soldats.

Le directeur exécutif du centre d'analyse et de recherche en droits humains, Me Jean Gédéon s'est lui aussi prononcé contre la démarche utilisée pour remobiliser les forces armées en dehors, dit-il, des normes démocratiques.

La société devrait participer aux discussions autour de la remobilisation de l'armée. Il convient également, a-t-il dit, de s'interroger sur les moyens qui seront mobilisés dans le cadre de la mise en oeuvre du plan de remobilisation des l'armée.

A la chambre des députés, plusieurs parlementaires se sont eux aussi prononcés contre la démarche de l'exécutif de remobiliser les forces armées. C'est le cas des députés Joseph Manès Louis et Printemps Belizaire, tous deux de Fanmi Lavalas.

Ils disent craindre que la nouvelle force armée ne soit utilisée a des fins de persécution politique, soulignant qu'avec le départ des casques bleus de la Minustah et les difficultés à contrôler totalement la police nationale, l'exécutif a l'air paniqué

De plus, ils font remarquer que, compte tenu des problèmes d'ordre économique auxquels Haiti est confronté, la remobilisation des forces armées ne devrait pas être une priorité.


Une douzaine de personnes interrogées ce mardi dans le cadre d'un micro-trottoir, ont estimé que le gouvernement a un plan caché derrière la formation de cette nouvelle force.

Pour un étudiant en droit à la faculté d'Etat, si les autorités peinent à prendre en charge la police nationale confrontée à toutes sortes de difficultés, comment vont-elles pouvoir gérer cette nouvelle force qui risque de vite se transformer en un repère de bandits.incontrôlable.

Pour un autre étudiant, les autorités ont tort de considérer l'engouement et l'affluence de nombreux jeunes aux premiers jours des operations de recrutement comme un succès. Il est tout à fait normal, a-t-il dit , que des gens qui n'ont rien à faire, tentent de prendre leur chance, d'avoir un emploi.

Même Henri Namphy, ancien président du conseil national de gouvernement post- Duvalier (1986) serait contre la remobilisation de l'Armée. Il aurait conseillé aux dirigeants de bien analyser cette décision. " car, a-t-il dit, on court un risque certain, en introduisant des jeunes sans une formation adéquate dans les rangs d'une armée.

Journée portes- ouvertes à l’Université de la Fondation Dr Aristide: l'UNIFA se veut pionnière dans l’apprentissage des filières énergies renouvelables et Télécommunications et suscite de plus en plus de curiosité


Port-au-Prince, 18 juillet 2017- (AHP)- L’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA) a organisé ce mardi  une  journée portes- ouvertes dans le but d’aider le public  à se familiariser avec le contenu de ses nouveaux programmes, notamment  à  la Faculté de Génie et à visiter  le campus et ses nouvelles infrastructures dont un laboratoire de physiothérapie et de dissection et un dortoir pour les étudiants et étudiantes issus de la province. 

Pour l'année académique 2017-2018, les options suivantes seront disponibles: 

- MÉDECINE
- PHYSIOTHÉRAPIE
- ODONTOLOGIE
- SCIENCES INFIRMIERES
- PROGRAMME DE MAITRISE EN SCIENCE POLITIQUE
- EDUCATION PERMANENTE 
- SCIENCES JURIDIQUES ET POLITIQUES
- GENIE

Ainsi donc, si pendant un certain temps, on a surtout parlé de la fac de médecine, en raison de ses performances, il y a aussi d'autres  opportunités non moins alléchantes. L’engouement grandissant manifesté par des jeunes bacheliers pour les autres facultés ( Génie, Sciences juridiques et politiques , Sciences Infirmières  et les autres Facultés ) lors des débats d’aujourd’hui et dans  des échanges lors des différentes journées porte-ouvertes est patent, selon le coordonnateur des études à la Faculté de Génie, l'Ing Jean Errol Morose.

L'UNIFA  se veut pionnière dans l’apprentissage des filières   "énergies renouvelables et Télécommunications". 

 L’ancien directeur général de l’Electricité d’Haïti (EDH) a  souligné que les nouveaux programmes : Energies électriques (avec une spécialisation en énergies renouvelables) et Télécommunications (avec une préférence pour la communication cellulaire ) sont disponibles à l’UNIFA.

Il a révélé les nombreuses opportunités d’emplois dans les secteurs des T.I.C. et de l’énergie électrique à partir de ressources renouvelables (énergies vertes). 

Il a aussi souligné  que les nouveaux programmes en Génie de l'UNIFA, (l'une des universités les mieux pourvues du pays),  partent du constat du manque de professionnels qualifiés dans ces domaines et des exigences de l’avenir quant à la  production d’énergies renouvelables et la vulgarisation des différents services technologiques (internet haut débit et téléphones).

M. Morose qui informe de la fin des inscriptions dans les différentes Facultés de l'UNIFA le 27 septembre prochain, a informé que des programmes d’orientation suivront les concours d’admission.

Il rappelle qu’en plus de la Faculté de Génie, les Facultés de Médecine, de Droit et les écoles en sciences infirmières et en physiothérapie reçoivent également des inscriptions

L’autre partie de la journée portes-ouvertes a consisté en des conférence- débats sur l’intégration des jeunes dans la vie professionnelle et sur les choix de carrière.

L’  UNIFA  fondée en  2001 se donne pour objectifs: la recherche de la vérité et la promotion de l’humain.

RETRAITE DE LA DIASPORA A DELRAY BEACH : « LA STRUCTURATION PREND UNE NOUVELLE DIMENSION » SELON LE JUGE LIONEL JEAN BAPTISTE

Delray Beach/Florida, 18 juillet 2017- (AHP)- Un nouveau directoire pour mener à bien la destinée du Front Uni de la diaspora haïtienne (FUDH) et l’adoption d’un plan d’action sont les résultats concrets de 3 journées de retraite tenues à Delray Beach en Floride, dans le but de structurer la participation des expatries au développement d’Haïti,  a indiqué mardi à l’AHP, Lionel Jean Baptiste, juge haitiano américain de la cour de Chicago (Illinois), fraichement élu.
Le FUDH lancé il y a un peu plus d’un an, était dirigé jusque là,  par un comité intérimaire à la recherche d’un consensus lui permettant à la fois de renforcer sa représentativité et de mettre en synergie les différentes actions  des organisations et personnalités membres dont les représentants des régions : Amérique du Nord, Europe, Caraïbes et Amérique Latine et Haïti  où d’anciens militants de la diaspora se sont  réétablis.
« Il était temps d’avoir ces importantes ressources dans une seule plateforme afin de mieux structurer la diaspora. C’est un nouveau départ qui nous mènera à bon port » a fait savoir l’homme de droit, élu président du FUDH, dont l’attachement à Haïti est un exemple pour plus d’un.
Une feuille de route de 10 points constitue l’agenda sur lequel l’organisation se penchera en vue d’apporter son soutien aux communautés haïtienne de l’extérieur et au pays d’origine, entre autres, celui d’éliminer toute restriction constitutionnelle ou législative pour l’exercice des droits citoyens, indépendamment du lieu de résidence de tout haïtien ; le plaidoyer pour la souveraineté financière d’Haïti ; la reddition régulière de compte par le gouvernement haïtien sur l’usage des perceptions effectuées sur les transferts de la diaspora.
Au directoire, on retrouve des personnalités et militants connus tels que : Edwin Paraison de la Fondation Zile, Vice-président ; le Dr Joel Augustin, secrétaire, Jhonny Célestin, vice-secrétaire, Frantz Bourget, trésorier, Joe Maleus responsable de communication, Monalisa Ferrari, directrice exécutive, Firmin Backer Henry Desrosiers et Charlot Lucien membres, entre autres.
Le Ministere des Haitiens vivant à l'étranger a été représenté par le Dr Francisque St Hubert, en tant qu'observateur à ces importantes assises qui marquent un nouveau tournant dans les relations entre La diaspora et Haïti.

- Les titres du 18 juillet 2017 de Radio Solidarité/AHP


- Le CSS désavoué: dans une lettre adressée au Conseil des salaires par le ministre des Affaires sociales Roosvelt Bellevue, celui-ci affirme que le président Jovenel Moise invite le Conseil à prendre une décision juste et appropriée pour garantir l'amélioration des conditions de travail des salariés; seul les patrons estiment qu'il a fait du bon travail.

-Le porte-parole des ouvriers , Dominique Saint-Eloi, a prévenu que  la mobilisation va se poursuivre jusqu'à satisfaction de leur revendication, soit les 800 gourdes de salaire minimum réclamées, plus des accompagnements sociaux. Il réclame la dissoltion du CSS.

- Les inscriptions pour la première cohorte de l'armée remobilisée ont commencé ce lundi à la base militaire de Gressier: l'ancien colonel Himmler Rébu  estime que la remobilisation  a été mal enclenchée et qu'on ne doit pas mettre sur pied une entité militaire au départ partisane.

-  L'ancien premier ministre Evans Paul réagit entre autres sur sa gestion des fonds Petro Caribe, sur la caravane du changement et sur la remobilisation de l'Armée à l'occasion du lancement du Centre "Vivre Ensemble"

-  L’association des planteurs de  Boucassin dénonce une tentative de main basse de plus 20 carreaux de terres en culture bananières par le nommé Léopold Sabbat:  les planteurs presse  les autorités  d'intervenir pour rétablir l’ordre et la justice dans cette localité

- Lancement  du programme « Vakans Solidarite » à l’initiative de la Caisse d’assistance populaire (C.A.S.)  sur la place publique de Brooklyn, dans la commune de Cité Soleil.

- Journée portes ouvertes ce mardi de 11h à 3h PM à l'Unifa, l'Université de la fondation Dr. Aristide

- Lancement  du programme « Vakans Solidarite » à l’initiative de la Caisse d’assistance populaire (C.A.S.)  sur la place publique de Brooklyn, dans la commune de Cité Soleil.

lundi 17 juillet 2017

Les inscriptions pour la première cohorte de l'armée remobilisée ont commencé ce lundi à la base militaire de Gressier: l'ancien colonel Himmler Rébu estime que la remobilisation a été mal enclenchée et qu'on ne doit pas mettre sur pied une entité militaire au départ partisane




 Port-au-Prince, le 17 juillet 2017 - (AHP) - Comme annoncé, les inscriptions ont débuté ce lundi pour les aspirants militaires. Ils étaient  nombreux, par ces temps de disette, à braver un soleil de plomb à la base militaire de Gressier, dans l'espoir de faire partie la première cohorte de la nouvelle armée, voulue par le président Jovenel Moise.

Ces individus  se sont déclarés animés du désir de servir le pays et de contribuer aux démarches visant à lui redonner sa souveraineté, mais bon nombre d'enture eux ont tout simplement affirmé être en quête d'un emploi stable.

Pour certains, être membres des forces armées sera une possibilité d'aider notamment lors des catastrophes naturelles tout en participant, en permanence, a la défense du pays.

Le ministre de la défense, Hervé Dennis, a fait état de plus de 1000 aspirants qui se seraient manifestés ce lundi. 

Si le processus d'inscription devrait durer une semaine, le titulaire du ministère de la défense n'écarte pas la possibilité de prolonger les inscriptions et de les étendre à plusieurs autres centres, conformément aux recommandations de la commission justice et sécurité du sénat.

La premiere cohorte devrait comprendre 500 membres, a encore indiqué le ministre de la défense qui informe que les discussions se poursuivent en vue de la constitution de l'Etat-Major des forces armées.

Pour le responsable du recrutement des "nouveaux soldats", le caporal Dieudonné Louis, les inscriptions devraient durer environ 10 jours. 

Les inscrits subiront des tests physiques et para-cliniques et ceux qui auront été retenus, devront passer environ 6 a 9 mois de formation, a-t-il dit.

Plusieurs observateurs soutiennent que la mise sur pied de l'Etat-major devrait être antérieur au lancement du processus d'inscription des membres de la nouvelle armée. 

C'est le cas notamment du secrétaire exécutif du réseau national de défense des droits humains, Pierre Espérance,  qui dit craindre que l'équipe en place ne soit pas en train de constituer une milice. 

L'ancien premier ministre Evans Paul, qui a servi le regime Tet Kale, n'est pas contre le remobilisation de l'armée qui, selon lui, est une institution de souveraineté mais il dit souhaiter que cette nouvelle force ne soit pas utilisée a des fins politiques ni ne soit mise au service de la communauté internationale.

Pour sa part, l'ancien colonel Himmler Rébu  estime que la remobilisation de l'armée a été mal enclenchée. 

Nos dirigeants seraient en train d'errer, croit savoir l'ancien haut-gradé des ex-FAd'H qui soutient que la remise sur pied de l'armée est une opération délicate à réaliser avec dextérité.

Nous ne devons pas mettre sur pied une entité militaire au départ partisane et dans laquelle la population ne se retrouve pas, a averti M. Rébu.

C'est en 1995, quelques mois après le retour d'exil de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide, que les forces armées d'Haïti qui s'étaient spécialisées dans la perpétrations de coups d'Etat sanglants et qui l'avaient  renversé  du pouvoir en septembre 1991, allaient être dissoutes.

Le CSS désavoué: le président Jovenel Moise l'invite à prendre une décision juste et appropriée pour garantir l'amélioration des conditions de travail des salariés; seul les patrons estiment qu'il a fait du bon travail


Port-au-Prince, le 17 juillet 2017 - (AHP) - Le désaveu du conseil supérieur des salaires CSS se poursuit. 

Apres le rejet quasi-unanime du rapport proposant une maigre augmentation du salaire minimum dans les différents secteurs d'activités, soit seulement 35 gourdes d'augmentations pour les ouvriers de la sous-traitance,  la présidence qui l'avait mandaté vient de lui demander de revoir sa copie.

Dans une correspondance en date du 14 juillet, le ministre des affaires sociales, Roosevelt Bellevue, a invité les membres du CSS à procéder à une réflexion plus approfondie de ses recommandations. 

Le CSS disposait, a partir de cette date, d'un délai de 72 heures pour faire ce travail, afin, écrit M. Bellevue, de mettre un terme rapide et durable à un tel sujet de préoccupations. 

Le titulaire du MAST, très décrié par les ouvriers du textile, met en avant la volonté du président Jovenel Moise de prendre une décision juste et appropriée en vue de garantir l'amélioration des conditions de travail des salariés et maintenir la confiance des investisseurs.

Le sénat avait adopté la semaine dernière une résolution demandant au chef de l'Etat de ne pas publier le rapport du CSS tel qu'il a été élaboré et rejeté par de nombreux secteurs. 

Le rapport du CSS proposait un ajustement de 35 gourdes du salaire de base des ouvriers du textile. Lequel salaire devrait passer de 300 a 335 gourdes le mois, pendant que les syndicalistes réclament 800 gourdes comme salaire minimum par jour.

Les agents de sécurité qui percevaient un salaire minimum de 285 gourdes se sont vu donner une maigre augmentation de 15 gourdes. 

Ce qu'ils dénoncent eux aussi rappelant que, chaque absence de leur part entraine une pénalité de 1000 gourdes et c'est justement cette somme qu'ils réclament dorénavant.

L'ancien premier ministre Evans Paul réagit entre autres sur sa gestion des fonds Petro Caribe, sur la caravane du changement et sur la remobilisation de l'Armée à l'occasion du lancement du Centre "Vivre Ensemble"


Port-au-Prince, le 17 juillet 2017 - (AHP) - L’ex premier ministre Evans Paul a réagi sur divers points de l’actualité dont les chances de réussite de la caravane dite du changement lancée par le président Jovenel Moise, la remobilisation de l’armée et l’enquête parlementaire sur la gestion des fonds Petrocaribe dirigée par le sénateur Evaliere Beauplan.

«  L’initiative de la Caravane doit tenir compte de la mobilisation des institutions pour se perenniser », selon le dirigeant du KID qui juge nécessaire les interventions gouvernementales dans le secteur agricole. Mais il conseille d’instituer un cadre administratif pour pérenniser cette initiative. 

Evans Paul fait  également savoir que les institutions doivent se sentir impliquées et doivent de fait s’impliquer sous le leadership du président Moise.

Sur la remobilisation de l’armée, Evans Paul exhorte à mettre des balises afin de s’assurer que la nouvelle force armée respecte les droits fondamentaux du citoyen haïtien, rappelant les anciennes pratiques des forces armées dans le passe.

L’ex premier ministre Evans Paul a, qui par ailleurs été très critiqué par l’ex premier ministre Laurent Lamothe pour la fermeture de certains des chantiers importants lances sous la gouvernance de Martelly/Lamothe, a fait savoir qu’il a agi en  fonction des priorités de l’heure, rappelant à Laurent Lamothe que ce n’est pas à un gouvernement de fixer le bilan de son prédécesseur.

Concernant l’enquête sur la gestion des fonds publics à travers le programme Petrocaribe, l’ex premier ministre en appelle au calme et a la sérénité pour éviter des suspicions illégitimes sur les ex commis de l’Etat et par conséquent à ne pas nuire inutilement à la réputation d’ex fonctionnaires. Par ailleurs, il renouvelle sa disponibilité à répondre aux questions de la commission parlementaire et rassure n’avoir rien à se reprocher.

Evans Paul a fait ces déclarations à l'occasion du lancement ce lundi du Centre Vivre Ensemble  pour la promotion du bien-être collectif a travers un diagnostic des problèmes sociaux et l’offre de projets alternatifs pour aider à les résoudre.

L’association des planteurs de Boucassin dénonce une tentative de main basse de plus 20 carreaux de terres en culture bananières par le nommé Léopold Sabbat: les planteurs presse les autorités d'intervenir pour rétablir l’ordre et la justice dans cette localité


Port-au-Prince, le 17 juillet 2017 - (AHP) -L’association des planteurs de  Boucassin (A.P.B.) réunissant près de 70 producteurs agricoles (spécialisés dans la production de bananes)  dans la première section de Boucassin A.  Leveque(Cabaret), a dénoncé lundi  la tentative d’accaparement de près de 20 carreaux de terres en culture bananières par le nommé Léopold Sabbat qui affirme être le nouvel acquéreur des terrains.

M Sabbat aurait  mobilisé des agents de la Police nationale  pour intimider les producteurs et d'autres habitants de la zone, en vue d'arriver à  clôturer la propriété. Il aurait également ordonné la coupe des bananiers et la saisie  de plus d’un million de regimes de banane. 

Les planteurs appellent les autorités  intervenir pour rétablir l’ordre et la justice dans cette localité.

L’ex ASEC de la première section communale de Boucassin , ( de 2001 à 2017)  Canova Carrière, réclame l’intervention des autorités de la DGI, de l’Institut National de la Réforme agraire (INARA) et de la JUSTICE dans ce dossier afin d’identifier les terrains du domaine public. 

Il précise que  les 1260 carreaux de terres cultivables sont occupés légalement par des planteurs depuis la fin des années 70  après  la clôture d’un bail dont jouissait  une organisation internationale qui cultivait le sisal. 

M. Carrière croit que les autorités locales doivent mettre en valeur ces terrains et de mettre fin a ce litige qui affecte grandement la production agricole .

Lancement du programme « Vakans Solidarite » à l’initiative de la Caisse d’assistance populaire (C.A.S.) sur la place publique de Brooklyn, dans la commune de Cité Soleil




Port-au-Prince, le 17 juillet 2017 - (AHP) -Le directeur General du CAS, Woodly  Simon a rappelé l’importance de la mission qu’il se donne, de colmater  les brèches des fractures sociales passées et de permettre l’émancipation des jeunes à travers des hprogrammes sains et ludiques. 

Simonl fait savoir que ce programme durera toute la période des vacances et concernera les dix départements du pays. Chaque semaine, a  « Vakans Solidarite »  ira dans une commune différente pour faire des heureux en offrant des cadeaux et des kits alimentaires et en réalisant des jeux traditionnels pour les enfants(course en sac, course à pied ,saut à la corde etc…).

Présent dimanche à ce lancement, le député Pierre Lemaire estime que cette initiative aidera la population de Cite Soleil à jouir de  plaisirs sains durant les périodes estivales.

Par ailleurs , Pierre Lemaire rappelle les nombreux  besoins de  sa commune : hôpitaux publics, aide aux  petits commerçants , emplois et autres  programmes de développement. Il a fait savoir  que le pouvoir central devra se montrer plus présent dans ses interventions dans la commune, pour ne pas avoir à gérer des mouvements de mobilisation populaire.

----------

Cérémonie de lancement du projet «Ranfòse Abitid Nitrisyon pou Fè Ogmante Sante» (RANFOSE), de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID).



Cette activité aura lieu le vendredi 21 juillet 2017 à l’Hôtel Montanaà partir de 9:00 du matin.

Le projet Ranfòse Abitid Nitrisyon pou Fè Ogmante Sante (RANFOSE) abordera les problèmes de carences en micronutriments en aidant à renforcer les aliments de base en Haïti, selon un communiqué de presse de l'Ambassade des Etats-Unis. 

Une étude financée par l'Ambassade du Canada et menée par le Centre de consensus de Copenhague a récemment montré que la fortification alimentaire est l'une des interventions les plus efficaces pour améliorer le développement d'Haïti.

Le projet RANFOSE devrait augmenter et rendre disponible sur le marché des aliments de base enrichis de haute qualité à travers le pays, en renforçant la production locale et l'importation d'aliments enrichis. 

RANFOSE se concentrera sur la fortification de la farine de blé avec du fer et de l'acide folique, des huiles végétales avec de la vitamine A, et du sel avec de l'iode. 

Le projet aura également une composante de sensibilisation du public sur l’importance de consommer des aliments enrichis.

 RANFOSE contribuera directement aux efforts déployés par le gouvernement haïtien pour améliorer la nutrition, la santé et la sécurité alimentaire de la population, selon son Plan Stratégique Nutritionnel 2013-2018, selon le communiqué.

titres du 17 juillet 2017 de Radio Solidarité

-Un bus de Capital Coach Line avec à bord des dizaines de missionnaires américains a été pris en otage, environ une heure samedi soir à hauteur de Ciment d'Haïti par des bandits armés réclamant de l'argent, qui menaçaient d'incendier le bus. Les touristes ont dû collecter une importante somme d'argent pour acheter leur vie.

Les résultats définitifs de la première étape des élections indirectes devraient être publiés ce mardi selon le calendrier du CEP. Les ASECS et délégués de villes ont élu la semaine dernière 700 membres d’assemblées municipales dans 140 communes du pays. Du 1er au 4 aout, les membres d’assemblées municipales éliront les assemblées départementales.

Après son audition jeudi par une commission parlementaire, l’ex premier ministre Laurent Lamothe estime avoir fourni des détails cvainquants sur les dépenses effectuées sous son gouvernement dans le cadre de l’utilisation des fonds Petro caribe. M. Lamothe soutient que, contrairement au rapport de la dernière enquête sénatoriale, les projets  initiés sous son leadership, ont été signés selon les normes établies et qu’ils ont, dans leur majorité, été exécutés.

- Mais de plus en plus de secteurs continuent de dénoncer la dilapidation des fonds Petro Caribe sous le quinquennat Martelly/Lamothe

Le président du Sénat Youri Latortue soutient le rapport publié sur la geston de Laurent Lamohe, alors qu'il était président de la commission Ethique et anti-Corruption

-Toutefois de nombreux secteurs estiment que c'est la bataille pour la succession de Jovenel  Moïse qui commence.

-C'est ce lundi que devrait débuter le recrutement de la première classe de soldats dans le cadre de la remobilisation de l’Armée, selon un avis du Ministère de la Défense publié la semaine dernière.  Une initiative dénoncée par plusieurs secteurs qui croient que l'Armée n'est pas une priorité pour Haïti

-Le sénateur Jean Renel Sénatus estime  cette démarche prématurée, vu qu'il n'y a pas encore de Haut Etat major établi et que le processus de recrutement est centralisé à Port-au-Pince.

-Lancement des travaux du programme gouvernemental baptisé « la caravane du changement » dans les départements de la Grand’Anse et des Nippes. A « kafou zaboka » et à Barradères, le président Jovenel Moise a promis des travaux d’envergure dans les domaines agricole et des infrastructures routières. 

-La grève des greffiers et des huissiers se poursuit, paralysant ainsi l'appareil judiciaire.

jeudi 13 juillet 2017

Les examens du baccalauréat se sont achevés jeudi sans incident majeur, sauf qu'au niveau de la surveillance, des parlementaires ont imposé des centaines d'individus sans formation ou n'ayant rien à voir avec le secteur éducatif



Port-au-Prince, 13 juillet 2017- (AHP)- Le Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, Pierre Josue Agénor Cadet s'est réjoui jeudi  du bon déroulement des examens du baccalauréat qui se sont achevés lemême jour. 

136.000 candidats y ont pris part à l'échelle nationale.

Aucun incide nt majeur n’a été enregistré, affirme-t-il.

Le ministre a reconnu cependant quelques irrégularités, citant notamment, des cas de candidats détenteurs de fausses fiches d’examens qui ont été arrêtés.

Un retard a également  été constaté au cours de la première journée dans l’acheminement des textes d’examens aux  centres de Carrefour, en raison d'un embouteillage monstre.

Le ministre  a assuré que la correction des copies d'examens démarrera sous peu tout en assurant que cette phase se déroulera dans les meilleures conditions possibles. 

Il en a profité pour rappeler que la sélection des surveillants  a été, quelque peu influencé par des parlementaires qui ont imposé des individus n'ayant rien à voir avec le secteur éducatif ou qui n'ont tout simplement aucune formation.

Pierre Josué Agénor Cadet  dit travailler à mettre fin à cette mauvaise pratique à l’avenir, faisant savoir qu'il ne cèdera à aucune pression en ce sens.

De nombreux cadres du secteur éducatif dénoncent le fait que des parlemenaires veuillent être partout à la fois, pour imposer leur loi.



A propos du comportement de certains députés et sénateurs, un professeur a rappelé à ce propos, cette anecdote racontée au sujet d'un baron duvaliériste,  Celui-ci qui  appelle un directeur de lycée pour lui demander de placer un jeune  en classe de 6ème. Comme, il n'y a pas de place à ce niveau, il lui demande de le mettre en 5ème. Et puisque cette classe était déjà bondée, le baron insiste pour la 4ème, ainsi de suite, jusqu'à ce que l'élève se retrouve en rétho.

L’Altenative Populaire dit déplorer l'organisation d’un budget défavorable aux couches populaires: son coordonateur général Olriche Jean-Pierre soutient la cause des ouvriers réclamant 800 gourdes de salaire minimum journalier et une bonne couverture d’assurance




Port-au-Prince, 13 juillet 2017- (AHP)-Le coordonnateur général de l’Altenative Populaire, Olriche Jean Pierre, a critiqué jeudi l’organisation d’un budget défavorable aux couches populaires ,arguant que les augmentations non justifiées de taxes affectent négativement le pouvoir d’achat des ménages haïtiens.

M. Jean Pierre estime que des efforts pour redéfinir une politique fiscale plus juste, lutter contre la contrebande, augmenter  la pression fiscale et rationnaliser les dépenses pourraient permettre  de réduire la dépendance économique d’Haïti vis -a-vis de l’aide internationale.

Les choix stratégiques d’augmenter la part du budget allouée à des institutions telles la présidence et le Parlement traduisent la volonté manifeste de maintenir une certaine forme de statu quo du niveau général de pauvreté en Haïti.

L’alternative Popuilaire soutient par ailleurs  que  la cause des ouvriers réclamant 800 gourdes de salaire minimum journalier et une bonne couverture d’assurance  .Il critique les brutalités policières subies par des protestataires lors des manifestations d’ouvriers.

Olriche Jean Pierre estime qu’un changement de système économique et politique rejetant les exigences des politiques néolibérales traditionnelles, est une nécessité. 

Il explique que la libéralisation à outrance des marches et la privatisation progressive des entreprises d’Etat ont abouti à l’effondrement de l’économie haïtienne et par conséquent engendre des crises socio politiques interminables.

Le coordonnateur général de l’Altenative Populaire dit douter de la capacité d’un gouvernement archi-libéral de mener des réformes en profondeur pour permettre à des millions de personnes de sortir de l’ornière de la pauvreté extrême  à l’instar de pays comme CUBA ou le Brésil.

  

L’organisation politique Fanmi Lavalas se dit solidaire des ouvriers de la sous-traitance qui réclament un ajustement du salaire minimum à 800 gourdes. L’un des cadres du parti, Schiller Louidor invite les patrons à la raison et à partager une partie de leurs énormes profits


Port-au-Prince, 13 juillet 2017- (AHP)-L’organisation politique Fanmi Lavalas s'est déclarée jeudi solidaire de la lutte  des ouvriers de la sous-traitance qui réclament un salaire minimum à 800 gourdes.  

«  Le salaire minimum doit impérativement augmenter », a dit l’un des membres du directoire de Fanmi Lavalas, le Dr Schiller Louidor .

L’ex candidat au sénat   soutient que les patrons font  suffisamment de profit pour pouvoir absorber une augmentation plus ou moins décente du salaire minimum.

Les ouvriers ont repris le travail ce jeudi après 3 journées de manifestations, en attendant que le chef de l'Etat prennent des dispositions pour donner suite à leurs revendications.
'
 Le Dr Louidor a estimé par ailleurs  que le gouvernement en place fait une gestion catastrophique des crises qui éclatent dans diverses institutions publiques comme: l’Université d'Etat d'Haïti (UEH), l’Office national d'Assurance contre Tiers (OAVCT), le Centre ambulancier national (CAN), la Cour Supérieur des Comptes, les parquets et les hôpitaux publics .


Il accuse les autorités de vouloir  privatiser plusieurs institutions de l’Etat pour avantager des hommes d’affaires qui ont financé la campagne de Jovenel Moise.


Schiller Louidor émet en outre des doutes sur la capacité  de Jovenel Moise de réussir son programme de relance agricole, à travers la caravane dite du changement.


Le Groupe de Recherche et d’Analyses Stratégiques organise une série d’activités sur la nécessité de réviser le code pénal et le code de procédures pénales: un forum s’est tenu en ce sens mercredi à l’hôtel Le Plaza




Port-au-Prince, 13 juillet 2017- (AHP)-Le Groupe de Recherche et d’Analyses Stratégiques organise une série d’activités sur la nécessité de réviser le code pénal et le code de procédures pénales. 

Un forum s’est tenu en ce sens mercredi  à l’hôtel Le Plaza et des activités similaires sont prévues à la Croix des Bouquets, à Saint Marc et au Cap-Haitien, entre autres.  

Un des représentants du GREAS, Wilfort Pasquet fait savoir  que ces documents sont complètement désuets vu qu’ils datent de plus d’un siècle.

Il rappelle qu’un avant-projet de loi sur le code de procédures pénales et le code pénal élaboré par une commission présidentielle, a été déposé au parlement et il invite les députés et sénateurs à y travailler.

president Jovenel Moise de réussir son programme de relance agricole, à travers la caravane dite du changement.
-------