mardi 15 mars 2016

Grève ou journée de réflexions, les policiers étaient moins nombreux mardi dans les rues de la capitale et du Cap-Haïtien: plusieurs secteurs les appelle à continuer d'assumer leur mission de protection des vies et des biens




Port-au-Prince, le 15 mars 2016 – (AHP) –Les policiers étaient moins nombreux dans les rues de Port-au-Prince ce mardi. Des rumeurs  laissaient croire à une grève pour protester contre les attaques dont des policiers ont été victimes ces derniers mois et pour réclamer de meilleures conditions de travail.

6 policiers ont été abattus depuis le début de l'année, alors que plus d'une dizaine de membres de la population ont été tués, pendant qu'ils vaquaient à leurs activités ou revenaient de banques commerciales

La Direction de la police nationale s'est refusée à  confirmer ni infirmer la rumeur de grève , bien que la constitution interdise aux policiers de faire la grève

Un peu plus tard dans la journée on apprenait que  des dizaines de policiers ont plutôt participé à une journée de réflexion dans les locaux de la DCPR autour des violences enregistrées dans leurss rangs.  

Parallèlement, on apprenait aussi qu'au Cap-Haïtien, il n'y avait  pas de policiers  dans les rues.

La veille, une organisation jusqu'ici inconnue dénommée "Militants avant-gardistes Nord" a organisé  une manistestion dite de soutien aux policiers victimes dans la deuxième vile du pays.
Ce qui a fait croire  à une manipulation politique.

Le porte-parole de la plateforme Pitit Dessalin, Rony Timothée s’est alarmé pour sa part  face à l’augmentation des actes de banditisme dans le pays particulièrement à Port-au-Prince ces dernières semaines.

Rony Timothée accuse les autorités sortantes d’être les  auteurs intellectuels des récents actes de banditisme et estime que le directeur général de la Police Nationale ne fait pas preuve de leadership.

 Il a dit espérer que le haut commandement de la police prendra les mesures nécessaires au redressement de la situation afin que la paix revienne dans la capitale.

Pour sa part, L’Institut Mobile d’Education Démocratique exprime ses préoccupations face à la recrudescence de l’insécurité dans l'aire métropolitaine de Port Au Prince.

La directrice exécutive de l’IMED, Kettly Julien, tout en en estimant révoltants les assassinats commis dans les rangs de la police, appelle les policiers à ne pas abandonner la rue aux bandits et à continuer d'assumer leur mission de protection des vies et des biens.                                                                                              

0 commentaires:

Publier un commentaire