samedi 5 mars 2016

La plate forme "Rel patriyotik dénonce un plan des parlementaires membres des partis de l'ancien régime visant a paralyser l'action du président provisoire dans l'espoir de prendre sa place, à l'échéance de l'acord dit du 5 février




Port-au-Prince, le 4 mars 2016 – (AHP)-Le porte -parole de la plate forme "Rel patriyotik" (cri patriotique), Dextra Fritz Gerald  a accusé  vendredi  des parlementaires du PHTK et allies de constituert l’élément de blocage du processus de ratification de la politique générale du premier ministre désigne Fritz Alphonse Jean.

Dextra Fritz Gerald a indiqué que le refus  affirmé de députés et sénateurs du parti de l'ancien régime  PHTK, de voter en faveur M.Fritz Jean, s 'nscrit dans le cadre d' un plan qui viserait a faire passer le temps, dans l'espoir  de le voir  arriver au terme de son mandat  de 120 jours, sans former un gouvernement et sans  avoir pu organiser organiser des élections.

Selon lui , ces deputés et sénateurs rêvent, dans le cadre d'un tel scenario, de  destituer M. Privert pour le remplacer par l'un des leurs qui lorgne aujourd'hui la presidence du Sénat

M. Fritz Gerald Dextra appelle les organisations et militants politiques qui ont appuyé l’élection du sénateur Privert comme président provisoire, à manifester d’ ici la semaine prochaine en vue de réclamer la ratification du premier ministre Fritz Alphonse Jean.

Au Sénat de la république ce vendredi, le bloc minoritaire conduit par le sénateur Youry Latortue a fait savoir qu'il campait sur sa position.

"Il faut que le chef de l’Etat désigne un autre premier ministre, a souligné le sénateur Latortue, ancien grand conseiller du président Michel Martelly et l’un des chefs de file du bloc minoritaire, etconsidére comme un mal élu.

Il affirme avoir redit jeudi au président Privert qu’il lui faut désigner un nouveau premier ministre, car l’ancien gouverneur de la banque centrale n’a, selon lui,  aucune chance d’être ratifié au parlement.

Le parlementaire soutient que l’assemblée nationale prendra une décision si, au terme des 120 jours impartis au président provisoire, s'il ne parvient pas à respecter les engagements pris ans le cadre de l'accord dit du 5 février.

Pour sa part, le sénateur Edwin Zenny, lui aussi proche de l’ancien président Michel Martelly et membre du bloc minoritaire, a affirmé n’avoir rien contre la personne de Fritz Jean mais déplore, a-t-il dit, la façon dont il a été désigné.

Le président Privert est en train de commettre la même erreur que son prédécesseur Michel Martelly qui, a-t-il dit, avait échoué dans ses tentatives d’imposer le juriste Bernard Gousse comme chef de gouvernement.

0 commentaires:

Publier un commentaire