lundi 14 août 2017

Les titres du 14 août 2017



-L’ancien député Hugues Célestin écrit au Conseil Electoral Provisoire pour l’inviter à appliquer l’article 239.1 de la constitution aux fins  d'invalidation du pouvoir du président Jovenel Moise qui se serait porté candidat sur la base de fausses déclarations. L’ex parlementaire souligne que selon le rapport de l’UCREF, Jovenel Moise, propriétaire de JOMAR Autoparts, ne pouvait pas obtenir de quitus fiscal, parce que son entreprise devait plus d’un million de gourdes à la DGI.

-Trois personnes gardées à vue se sont échappées des locaux de la BLTS dans la nuit du 12 au 13 aout 2017. Le porte-parole adjoint de la police nationale, Garry Desrosiers fait savoir que cette fuite a été facilitée par les policiers qui étaient de garde. Les fugitifs sont Berger Milot, un puissant chef de gang qui opérait à l’Arcahaie, Clauvis Cadet et un bahamien Taylor Periquio Valentino.

-Les nouvelles dispositions concernant le port du casque et du gilet par les conducteurs de moto devraient entrer en application ce lundi, selon un  communiqué du secrétaire d’Etat à la sécurité publique, Ronsard St Cyr. Toujours selon ces mesures, les motos ne doivent transporter qu’un seul passager.

-Des dispositions similaires, mais peu suivies avaient déjà été prises sous le gouvernement Lamothe, et  avaient  obligé les chauffeurs de moto à consentir des dépenses. Ce qui a fait dire que l'objectif desdites  mesures, n'était pas de protéger chauffeurs et passagers, mais de permettre  à un groupe de personnes de faire de l'argent.

- Concernant l'exigence de ne transporter qu'un seul passager, ils rétorquent que même des policiers sont souvent  vus avec plus d'un passager.

-Les activités ont débuté aux Cayes et au Cap-Haitien dans le cadre des festivités devant marquer la célébration de la Notre Dame. Des opérations d’assainissement ont eu lieu au cours du week-end écoulé, selon nos correspondants dans le Sud et le Nord.

- Le  président Jovenel Moïse a inauguré ce lundi  au Cap-haïtien une 3ème unité de dyalise médicalisée à l'Hopital de l'OFATMA: le chef de l'Etat a fait savoir à l'occasion que tous ces efforts conduisant entre autres  à l'inauguration de ces centres de dyalise, ne seraient possible sans la stabilité politique.

- Toutefois, jusqu'au week-end écoulé, la situation était loin d’être supportable à l’Unité de dialyse de l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti à Port-a-Prince . Les patients continuaient de se plaindre du mauvais fonctionnement au sein de ce service qui fait face à un manque de matériel, un personnel trop réduit et la cherté des intrants.

- Le Directeur général des douanes de la République dominicaine Enrique Ramírez Paniagua fait état de l'importance de la formalisation du commece entre la République domnicaine et Haïti. Il met l'accent sur la necessité d'une collaboration entre les deux douanes pour eviter des actes illicites à la frontière et que les douanes haïtiennes puissent toucher plus de taxes sur les produits arrivés de la République dominicaine.


-Selon Ramírez Paniagua, les  exportations de la Rpublique Dominicaine vers Haiti, sont estimées à US$600 millions de dollars, l'an,  mais elles dépasseraient plus d'un milliard, selon de nombreuses autres sources. Alors que les exportations d'Haïti vers la RD, ne dépasseraient pas les 100 millions de dollars.
-Une circulaire de la Banque de la République d’Haiti annonce qu’à compter du 1e décembre 2017, les cartes de crédit émises en Haïti doivent être réglées exclusivement en gourdes quel que soit le lieu où la transaction est effectuée. Il est également précisé que les soldes en devises  étrangères  doivent  être convertis en gourdes, selon le taux de référence de la BRH, au plus tard le 31 mars 2018.





vendredi 11 août 2017

Rencontre entre le CSPJ et Bati Ayiti sur le projet de reconstruction de Port-au-Prince par les chinois



Port-au-Prince, 11 août 2017- (AHP)- Le Conseil Supérieur du Pouvoir judiciaire CSPJ a recu ce jeudi 10 aout 2016 une délégation de Bati Ayiti composée de Hans Tippinhauer, André Fiéfé, Samuel Ménager et des avocats Joseph Alexandre Dieunor et Newton Louis St Juste sur le projet de reconstruction de la ville de Port-au-Prince, avec l’aide de la Chine Populaire.
Au cours de cette rencontre la maquette de la nouvelle ville de Port-au-Prince préparée par les chinois, contenant l’Hôtel de Ville de Port-au-Prince et les Marchés publics, a été présentée au Président du Conseil du Pouvoir Judiciaire Jules Cantave et 6 autres Membres du CSPJ.

Dans une correspondence envoyée au Chef de l’Etat Jovenel Moise le 4 aout 2017, le Président de Bati  Ayiti l’ancien Sénateur Amos André lui avait sollicité une rencontre dans le but d’exposer le bien fondé de l‘accord trouvé entre la Mairie de Port-au-Prince, Bati Ayiti et les Firmes de Construction et d’Etudes de la Chine Populaire Metallurgical Corporation of China (MCC) et Southwest Municipal Engineering and Design and Research Institute of China un accord.
D’autres rencontres sont prévues dans les prochains jours avec les autres Pouvoirs de l’Etat et des Organisations de la société civile  pour discuter des  possibilités de support au développement que la Société Bati Ayiti  est  en mesure d’apporter, à partir des différents partenariats conclus avec des firmes internationales, ce qui devrait lui permettre  d’ intervenir dans tous les domaines d’études, de planification urbaine et de construction d’infrastructures  capables de redonner un autre visage au pays.

mercredi 9 août 2017

Le président Jovenel Moise reitère sa promesse de fournir l'électricité 24 heures sur 24, à l'occasion de la cérémonie d'nvestiture d’une commission de 24 membres pour l’innovation et l’insertion socioprofessionnelle



Port-au-Prince, le 9 aout 2017 - (AHP) - Le président Jovenel Moise a, une nouvelle fois, réitéré ce mercredi 9 août, la promesse faite en juin dernier, de fournir de l'électricité 24 heures par jour dans le pays, dans 24 mois.

Il y a bien entendu, plus de deux mois qu''il avait fait cette promesse la première fois.

Quoi qu'il en soit, Jovenel Moise affirme avoir déjà commencé à concrétiser cette promesse, notamment dans les commune des Irois (sud-ouest). "Quand j'ai dit que l'électricité sera disponible 24 heures par jour, je ne parlais pas uniquement de Port-au-Prince, mais du pays tout entier", a-t-il dit.

Il a cité plusieurs villes éloignées dans lesquelles il affirme que ce projet est en cours d'exécution. Il a promis de l'électricité pour tous et partout d'ici maintenant les 23 prochains mois, sans trop expliquer comment il procède.

Le chef de l'Etat qui intervenait lors de l'investiture au palais national d'une commission présidentielle pour l'innovation et l'insertion socio-professionnelle des jeunes, a plaidé en faveur d'une saine gestion des deniers publics.

Le président fait l'objet de vives critiques, notamment dans la mise en oeuvre d'un programme baptisé "Caravane du Changement" et pour lequel des centaines de millions de gourdes ont déjà été débloquées alors que, selon plusieurs secteurs, les tenants et aboutissants dudit programme, qui a démarré le 1er mai dernier, n'a toujours pas été rendu public.

Le gaspillage est un problème de conscience, a dit  Jovenel Moïse qui est criiqué pour  qavoir demandé 100 millions de gourdes pour garantir sa sécurité  lors de ses déplacements les 1er et 18 mai dernier.

Il en a profité pour féliciter l'assemblée des sénateurs pour avoir entériné mardi soir  la loi  des trois 8 portant organisation et régularisation de la durée du travail, répartie en trois tranches de 8 heures par jour. 

La chambre des députés a de son côté voté tôt ce mercredi le projet de budget 2017-2018.  74 députés ont voté pour, 6 ont fait abstention et personne n’a voté contre. 

Le chef de l'Etat est également intervenu ce mercredi sur le dossier de l'Universite d'Etat, en appelant les membres de son conseil à redoubler d'efforts pour  mettre un terme à la crise qui ronge l'institution depuis plusieurs années.

mardi 8 août 2017

Pluie de reactions contre le maire des Cayes Gabriel Fortuné pour avoir proferé des menaces de mort reitérées contre un journaliste de la 3ème ville du pays: au nombre des condamnations celles de l'AMIH, l'ANMH et l'AJH



Port-au-Prince, le 8 aout 2017 - (AHP) - De nombreuses voix continuent de s'élever pour dénoncer mais surtout pour condamner les menaces de mort que le maire des Cayes, Jean Gabriel Fortuné a proférées et réitérées contre le journaliste Jean Nazaire Jeanty, de Lebon FM (Aux Cayes) qui est également  correspondant de radio tels caraïbes a Port-au-Prince.

Dans une note de protestation signées par son secrétaire général,, Jacques Desrosiers, l'association des journalistes haïtiens AJH, dit voir a travers les ces menaces, une certaine nostalgie du maire des Cayes d'une époque révolue et assez triste de l'histoire récente du pays.

L'AJH rappelle que cette époque avait été marquée par l'utilisation de services secrets, tels que proposés par M. Fortuné, pour permettre au pouvoir de décider de la vie ou de la mort des citoyens.

Ces menaces, soutient l'AJH sont contraire a toute société démocratique dont M. Fortuné est l'un des bénéficiaires pour avoir été député, sénateur et aujourd'hui, maire de la 3e ville du pays.

Toute la société haïtienne se doit de se  révolter contre de pareilles déclarations, écrit Jacques Desrosiers au nom de l'AJH, tout en  appelant les autorités compétentes à assurer la sécurité du journaliste.

Il en profite pour inviter les travailleurs de la presse aàla vigilance et a la solidarité mais a faire preuve de professionnalisme et de responsabilité dans l'exercice du métier.

L'association nationale des médias haïtiens, ANMH, est elle aussi consternée par la virulence des propos du maire des Cayes. 

Son président Frantz Duval qui dénonce un dérapage grave et un comportement inqualifiable, a aussi dénoncé le silence des autorités judiciaires des Cayes autour de ce dossier. Il leur demande d'assumer leurs responsabilités.

L'Association des Medias Indépendants Independants d'Haïti (AMIH) a également condamné avec   rigueur les menaces de mort proférées par le maire des Cayes Jean  Gabriel Fortuné contre le journaliste Jean Nazaire Jeanty .

L'AMIH dit condamner l'impertinence du maire qui a réiteré ses menaces sur plusieurs stations de radio de la capitale, donnant l'impression d'avoir droit de vie ou de mort sur le journaliste: "pourquoi  ne doit-il pas mourir s'il a osé critiquer l'insalubrité de la Plage de Gelée": une déclaration du maire qui a, selon l'AMIH, valeur d'un appel à l'assassinat et qui montre que Gabriel Fortuné n'a aucun respect pour la vie.

L'intention du maire réaffirmée avec tellement d'insistance vaut donc ici l'acte.  Et ses tentatives de diffamation à l'encontre du journaliste, ne peuvent en aucun cas justifier ses dérapages, estime encore l'Association.

L'Association des Medias Indépendants  d'Haïtia aussi rappelé que nul n'est au-dessus de la loi et demande aux journalistes de ne pas se laisser intimider par des zélés qui croient pouvoir remettre en question la liberté de la presse, leur imposer leurs lois et les réduire au silence par des menaces de mort.


 L'AMIH solidaire appelle également ses membres,  les journalistes des Cayes et du reste du pays, ainsi que les associations de presse et de médias à rester unis pour porter le maire Jean Gabriel Fortuné à présenter ses excuses au journaliste Jean Nazaire Jeanty, pendant qu'elle appelle l'appareil judiciaire à assumer ses responsablités face à un comportement aussi nocif, conclut la note  de l'AMIH signée par son president Georges Venel Remarais.

Pour sa part, l'ancien journaliste Abel Descolines, député de Mirebalais a lui aussi dit souhaiter que la justice fasse oeuvre qui vaille dans cette affaire. Le parlementaire se dit d'autant plus révolté de constater l'aisance avec laquelle, M. Fortuné qui est une personnalité politique a affirmé et réaffirmé ses menaces.

Il se dit également inquiet car ces menaces ont été proférées par une éminence grise et défenseur du pouvoir en place et se demande si cela ne participe pas d'une politique ou d'un plan en gestation visant a contrer la vague de protestation face a l'insatisfaction totale exprimée par une majorité de citoyens.

Communiqué de presse de l'Association des Medias Indépendants d'Haïti


Port-au-Prince, 9/08/2017


Communiqué de presse de l'Association des Medias  Indépendants d'Haïti


L'Association des Medias Indépendants Independants d'Haïti (AMIH) condamne avec la dernière rigueur les menaces de mort proférées par le maire des Cayes Jean  Gabriel Fortuné contre le journaliste Jean Nazaire Jeanty de la Radio Lebon FM, également correspondant de Caraïbes FM, dans l'exercice de sa profession.

L'AMIH condamne l'impertinence du maire qui a réiteré ses menaces sur plusieurs stations de radio de la capitale, donnant l'impression d'avoir droit de vie ou de mort sur le journaliste: "pourquoi  ne doit-il pas mourir s'il a osé critiquer l'insalubrité de la Plage de Gelée": une déclaration du maire qui a valeur d'un appel à l'assassinat et qui montre que Gabriel Fortuné n'a aucun respect pour la vie.

L'intention du maire réaffirmée avec tellement d'insistance vaut donc ici l'acte.  Et ses tentatives de diffamation à l'encontre du journaliste, ne peuvent en aucun cas justifier ses dérapages.

L'Association des Medias Indépendants  d'Haïti tient à rappeler que nul n'est au-dessus de la loi et demande aux journalistes de ne pas se laisser intimider par des zélés qui croient pouvoir remettre en question la liberté de la presse, leur imposer leurs lois et les réduire au silence par des menaces de mort.

 L'AMIH solidaire appelle également ses membres,  les journalistes des Cayes et du reste du pays, ainsi que les associations de presse et de médias à rester unis pour porter le maire Jean Gabriel Fortuné à présenter ses excuses au journaliste Jean Nazaire Jeanty, pendant qu'elle appelle l'appareil judiciaire à assumer ses responsablités face à un comportement aussi nocif.



Georges Venel Remarais
Président AMIH







lundi 7 août 2017

Le maire des Cayes Jean Gabriel Fortuné soutient que le journaliste Jean Nazaire Jeanty mérite la mort pour avoir osé critiquer l'insalubrité caractérisant la Plage de Gelée, à moins de 15 jours de la fête patronale des Cayes: pourquoi ne doit-il pas mourir s'il affirme que Gelée dégage une odeur nauséabonde



Port-au-Prince, le 7 aout 2017 - (AHP)- Le maire des Cayes, Jean Gabriel Fortuné a maintenu ses déclarations, faites vendredi, selon lesquelles, le journaliste Jean Nazaire Jeanty, qui travaille pour la station local Lebon FM, mérite la mort pour avoir réalisé un reportage dans lequel il dénonce l'état d'insalubrité dans lequel se trouve la plage Gelée à moins de 15 jours de la fête patronale de la 3e ville du pays.

Si Haiti disposait d'un service secret, vous auriez été tué ou porté-disparu moins de 24 heures après votre reportage, avait indiqué le maire au journaliste vendredi, trois jours après la diffusion du papier alors que les deux hommes se trouvaient en même temps sur les lieux d'un accident de la circulation.

Des propos qu'il a maintenus durant tout le week-end notamment, a deux reprises, sur la station de radio de Port-au-Prince pour laquelle le journaliste travaille comme correspondant ainsi que sur les ondes d'autres médias.

J'assume ce que j'ai dit. C'est l'intérêt national qui est attaqué. Le journaliste qui travaille au détriment de la communauté mérite la mort, a pesté le "premier" citoyen des Cayes dont braucoup se demandent s'il prend réellement conscience de l'ampleur de ses declarations ou s'il a perdu les pédales.

Mais, à chaque nouvelle interview, il enfonce le clou en disant que  les services secrets n'auraient même pas besoin de recevoir des instructions pour agir. C'est comme cela que les choses se passent dans de nombreux pays, "qui se respectent", a encore indiqué le maire des Cayes, sans donner un exemple de pays.

Comme pour tenter de se justifier, il  tente d'accuser le travailleur de la presse d'être un homme corrompu qui a reçu de l'argent pour produire ce reportage.

Invité à dire au micro du Directeur de Radio Macaya des Cayes, Raymond Clerger, si le fait de critiquer l'insalubrité fait qu'on mérite la mort, le maire a retorqué: pourquoi ne doit-il pas mourir?..

Il a également tenté de banaliser le fait qu'il serait tenu pour responsable si entre temps un malheur arrivait au journaliste.

Le journaliste a dénoncé les menaces de mort de Gabriel Fortuné et affirme avoir porté plainte contre lui. Il a également fait savoir qu'il allait poursuivre le magistrat pour diffamation. 

Jusqu'ici, les dangereuses declarations du maire des Cayes, ne semblent pas choquer outre mesure. Mais on sait que dans d'autres circonstances, il aurait fallu bien moins pour emflammer certains médias et les réseaux sociaux.

Projet Reconstruction du centre-ville de Port-au-Prince: la Société BATI AYITI sollicite une rencontre avec le Président Jovenel Moise et le Premier Ministre Jacques Guy Lafontant, suite à l'accord signé le 1er août avec une Firme de la Chine populaire



Port-au-Prince, 7 août 2017- (AHP)- Dans une lettre adressée aux trois pouvoirs et datée du 4 aout 2017, la Société BATI AYITI a sollicité une rencontre avec les plus hautes Autorités haitiennes sur l’accord signé le mardi 1er aout avec le Maire de Port-au-Prince et la Firme de la Chine populaire Southwest Municipal Engineering and Design and Research Institute of China, sur la reconstruction du centre ville de Port-au-Prince, a appris l'AHP de sources proches du gouvernement et d'autres secteurs impliqués dans le dossier.

Cette correspondance adressée aux chefs de l’Exécutif, le Président Jovenel Moise et le Premier Ministre Jacques Guy Lafontant, aux Présidents des deux branches du Parlement, Youri Latortue et Cholzer Chancy et au Président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Jules Cantave, alimente davantage les débats autour de la réalisation de multiples projets de développement dans le pays.

Dans la lettre adressée au Président de la République, le Président de BATI AYITI  également ancien Sénateur de la Republique, Amos André, déclare :
"En votre qualité de premier Citoyen de la République d’Haïti, vous êtes appelé à jouer un rôle prépondérant pour la réalisation de ces projets susceptibles d’offrir des lendemains meilleurs à nos compatriotes, qui comme vous et moi, chérissent et nourrissent depuis très longtemps, le rêve d’une Haïti prospère pour leurs enfants et les générations futures.
Vu l’importance des projets prévus dans cet accord pour les habitants de Port-au-Prince et les Haïtiens d’ici et d’ailleurs, la société BATI AYITI compte d’ores et déjà sur votre support et votre leadership pour la réussite de ces travaux qui doivent démarrer sous peu."
Par ailleurs, indique encore la lette au chef de l'Etat,  la société BATI AYITI reste disposée et disponible à vous rencontrer aux jours et heures qui vous conviendront dans le but de vous exposer le bien-fondé de cet accord, et aussi de discuter avec vous de vive voix, des nombreuses possibilités de support au développement que nous sommes en mesure de donner à l’Etat Haïtien, en vertu des différents partenariats conclus avec des firmes internationales financièrement solides, nous permettant d’intervenir dans tous les domaines d’études, de planification urbaine et de construction d’infrastructures de toutes sortes et de grande envergure, capables de redonner un autre visage à notre pays".
Il faut noter que dans un communiqué paru le jeudi 3 août 2017, le Maire de Port-au-Prince a confirmé avoir eu des échanges avec une délégation de la Chine populaire entre le 26 juillet et le 2 août 2017, portant essentiellement sur la reconstruction du bâtiment principal de la Mairie et les marchés publics de la collectivité.

Depuis, la publication des informations autour de la signature de l'accord du 1er août, des réactions émanent de tous les secteurs de la société haïtienne et même de secteurs internationaux. 

Certaines sont clairement optimistes, exprimant l'espoir qu'un tel projet puisse prendre corps. 

D'autres probablement, en raison de déceptions et de mensonges à répétition, ou  encore d'intérêts particuliers, donnent  l'impression de vouloir créer la polémique et même de  souhaiter l'échec d'un tel projet, relèvent des intervenants sur les réseaux sociaux. 

Mais dans la realité, si ce projet aboutissait, peu importe ceux qui le portent ou le favorisent, ce serait un tournant majeur pour un  pays qui cesserait finalement de rêver.


Attachments area