vendredi 23 juin 2017

Dossier Gourgueder /Blot: Le chef du Parquet invite deux étudiants, mais il est accusé d'ignorer la plainte contre le doyen Blot: Des étudiants promettent d'accompagner leurs deux colègues en nombre imposant

Port-au-Prince, 23 juin 2017- (AHP)- Le commissaire du gouvernement Ocnam-Clamé Daméus a invité ce vendredi deux étudiants de la Faculté d'Ethologie au Parquet de Port-au-Prince, dans le cadre de l'enquête qu'il déclare avoir ouverte sur les incidents du 12 juin 2017 au cours desquels un de leurs collègues John Rock Gourgueder Jean/Blot a été blessé grièvement, lorsque le véhicule que pilotait le doyen Jean Yves Blot l'a violemment heurté et roulé sur son corps.

Il s'agit des étudiants Saint Jean Saint Phillipe ak Mackenson Saint Louis. 

Pour les étudiants qui manifestent depuis plusieurs jours pour réclamer la condamnation du doyen Blot, il s'agit d'une manoeuvre d'intimidation du commissaire du gouvernement.

Les étudiants ont estimé honteuse la demarche du chef du parquet qui a pourtant ignoré, ont-ils dit, leur plainte contre le doyen Blot. Ils  ont fait savoir au commissaire Daméus qu'il n'a pas le pouvoir nécessaire pour réduire les étudiants au silence.

Les étudiants ont d'ailleurs fait savoir qu'ils accompagneront en nombre imposant au Parquet leurs deux collègues invités.

Pour plusieurs secteurs qui suivent le dossier, le chef du Parquet Ocnam-Clamé Daméus pourrait être en train de compliquer la situation, en raison de ses démarches jugées partisanes.

Ils ont aussi questionné l'attitude du rectorat accusé de vouloir  couvrir  Jean Yves Blot. Déjà les étudiants qui étaient  dans la rue jeudi, ont estimé que le fait que le doyen a lancé des attaques contre eux à partir du rectorat, est une preuve que cette institution lui est solidaire.

Les personnaités que les étudiants accusent aujourd'hui sont pratiquemet les mêmes qui les avaient poussés dans la rue fin 2003/début 2004, avec la promesse de l'autonomie de l'Universté.


Titres du 23 juin 2017


-Assassinat à Santo Domingo de l’étudiante haïtienne, Miguelita Marie Sheelove Thomas. Ses agresseurs l’ont tuée après l’avoir enlevée mercredi. La police l’a découverte dans un buisson, selon la sœur de la victime Ancia Thomas. Miguelita préparait depuis trois ans une licence en administration à l’Université Catholique de Bolivar.
-Deux des quatre présumés coupables du fameux viol collectif de Desermith ont été arrêtés. Ils ont été forcés de s’embrasser et de se frapper mutuellement. La vidéo de cette scène qui s’est déroulée dans le commissariat de Pétion-Ville fait le tour des réseaux sociaux et provoque autant de dégout que  celle du viol. La direction générale de la Police s’excuse et annonce une enquête.
-Le doyen de la Faculté d’Ethnologie, Jean Yves Blot, continue de rejeter les accusations selon lesquelles il aurait volontairement heurté l’étudiant John Gourgueder Jean le 12 juin dernier. Dans la tourmente, il fait savoir qu’il a déposé une plainte au Parquet contre un groupe d’étudiants pour menace de mort et tentative de séquestration..
-Mais plus d'une centaine d'étudiants de l'UEH étaient encore dans les rues ce jeudi pour réclamer justice contre le doyen et réclamer la démission du recteur Fritz Deshommes
-L’étudiant blessé devrait se rendre à Cuba ce week-end  pour se faire soigner, son cas s’étant aggravé ces derniers jours. Le député Ketel Jean Philippe, président de la commission Education de la chambre basse informe que plusieurs instances de l’état se sont engagées à lui porter assistance.
-Le président Jovenel Moïse a rencontré  jeudi la délégation du Conseil de Sécurité en visite en Haïti: MINUJUST, état de droit, sécurité, choléra, au centre des discussions. Des manifestants ont à l'occasion de cette visite demandé aux membres du Conseil de sécurité de les aider à obtenir justice et réparations pour les 10.000 personnes décédées et les centaines de milliers d'autres contaminées par le virus du choléra introduit en Haïti par des soldats de la MINUSTAH 
Vers une meilleure gestion des hôpitaux publics ! L’un des intervenants à la deuxième journée du symposium organisé par le Ministère de la Santé Publique et de la Population, le Dr Junot Félix, plaide pour une importante allocation budgétaire au secteur de la santé qui ne figure pas, selon lui, parmi les priorités de l’Etat.


Assassinat d'une étudiante haitienne ce jeudi en République dominicaine

Santo-Domingo, 23 juin 2017- (AHP)- Une jeune étudiante haïtienne, Marie Sheelove Thomas a été assassinée jeudi à Santo-Domingo.

On ne connait pas les circonstances exactes de ce meurtre, mais il semble que l'étudiante en administration ait été enlevée peu auparavant, alors qu'elle allait à l'Université.

Une enquête aurait été ouverte pour faire la lumière sur ce nouveau cas d'assassinat d'étudiants haïtiens.

En 2011, une autre étudiante haïtienne Rodlne Lindor avait été assassinée en RD, dans des circonstances aussi abjectes et revoltantes. Mais les coupables avaient finalement été arrêtés.

jeudi 22 juin 2017

New-York met en garde contre des infections bactériennes attrappées suite à des chirurgies esthétiques en République dominicaine

  

New-York, 22 juin 2017- (AHP)- La ville de New-York a mis en garde jeudi contre un nombre important de cas d'infections bactériennes enregistrées suite à des  chirurgies esthétiques subies en République dominicaine

Selon ce que rapporte Associated Press, la responsable du département de santé de la ville, Mary Bassett, a demandé aux New-Yorkais de ne pas se soumettre à des chirurgies esthétiques dans le pays caribéen, par crainte d'attrapper des infections cutanées.

Selon les fonctionnaires, la ladite bactérie peut provoquer des inflammations et d'autres réactions qui peuvent requérir une hospitalisation immédiate
Dans un communiqué, le département new-Yorkais de la santé a expliqué que parmi une dizaine de femmes affectées et vivant à New-York et dans le Connecticut, 8 avaient subi une intervention au  "Centro Internacional de Cirugía Plástica Avanzada de Santo Domingo. 
La ville a émis une alerte demandant aux médecins et au public en général de faire état de tout cas suspect d'infection relatif à toute personne ayant voyagé à partir de janvier en République dominicaine pour subir une chirurgie esthétique.
De nombreuses haïtiennes subissent régulièrement des chirurgies esthétiques, notamment du sein en République voisine.


La police presente deux des 4 présumés bandits accusés de viol collectif sur une adolescente de 16 ans en janvier 2016, mais une vidéo révoltante montre les deux hommes en mauvais état dans un espace ressemblant à un commissariat de police, contraints de se s'infliger des gifles et de s'embrasser intimement



Port-au-Prince, le 22 juin 2017 - (AHP) - La police de  Pétion-Ville a présenté ce vendredi, deux des 4 présumés bandits accusés de viol collectif sur une adolescente de 16 ans  dans le quartier populaire de Philippeau en janvier 2016.

Il s'agit de Jean Whiskys Emile et Luckenson Rémy qui, selon le commissaire principal Jean Gospel Monélus, seraient passés aux aveux, indiquant avoir commis le forfait dans un moment d'extase. 

La video montrant quatre individus en train de violer la jeune fille avait choqué la population, après sa large diffusion sur les réseaux sociaux, il y a un peu plus d'un ans. 

Mais c'est une autre video, également très choquante, qui est actuellement en circulation sur la toile. 

Elle montre Jean Whiskys Emile et Luckenson Rémy dans un espace ressemblant à un commissariat, avec des traces de torture et de sévices au visage. On y voit des individus vraisemblablement des policiers leur intimant d'une part l'ordre répugnant de s'embrasser et de prendre la langue et d'autre part, de s'échanger des gifles.

Si le commissaire Monélus prétend que les prévenus n'ont pas été battus au commissariat, mais par des membres de la population bien avant l'arrivée des agents de la PNH, il annonce par contre, l'ouverture d'une enquête autour de la video les montrant mal en point au commissariat.

L'inspection générale de la PNH aura a agir contre les fautifs, a encore indiqué l'officier supérieur. 

Sur les réseaux sociaux, c'est la colère et des appels à sanctionner ces policiers accusés de rivaliser en actes répressifs avec les soldats des forces armées dissoutes.  
--------

L’étudiant blessé par le doyen de la Fac d'Ethnologie va se faire soigner, à Cuba, même si sa vie ne serait plus en danger, mais-dans la tourmente, , Jean Yves Blot, continue de rejeter les accusations portées contre lui,et porte plutôt plainte

Port-au-Prince, le 22 juin 2-17 - (AHP) - Le doyen de la faculté d'ethnologie Jean-Yves Blot, accusé par des étudiants, d'avoir volontairement roulé un véhicule qu'il pilotait sur l'étudiant, John Rock Gourgueder Jean le blessant grièvement, continue de nier les faits.

Ce jeudi, c'est au rectorat de l'université d'Etat d'Haiti (UEH) qu'il a rencontré la presse pour démentir, une fois de plus, ces accusations. Le doyen Blot affirme avoir été victime d'une tentative d'agression et de séquestration par "des anciens étudiants" qui réclamaient leur réintégration a l'UEH.

Il dénonce des menaces de mort dont il affirme avoir fait l'objet et informe avoir porté plainte, contre ses agresseurs.

Il s'agit, dit-il, d'une plainte collectif avec les deux vice-doyens, le responsable du programme de maitrise en anthropologie et le comptable de la FE. Tous, nous avions été victimes à un niveau ou à un autre, a fait savoir M. Blot accusé de vouloir prendre les devants.

Le responsable du programme de maitrise en anthropologie à la faculté d'ethnologie, le professeur John Picard Byron, a tenté de corroborer la version du doyen Blot en affirmant que les étudiants étaient très agressifs.

Il a par ailleurs affirmé que c'est l'étudiant John Rock Gourgueder qui s'est jeté sous la voiture, estimant que ses blessures ne seraient pas aussi graves qu'on le dit.

Une délégation de la chambre des députés, conduite par le président de la commission éducation, Kétel Jean-Philippe, a visité entre temps l'étudiant. Et même si sa vie,  n'est plus en danger, des démarches sont en cours pour faciliter son déplacement ce week-end vers Cuba ou il pourra continuer à se faire soigner, a fait savoir le parlementaire.

S'agissant des incidents du 12 juin dernier qu'il qualifie de regrettables, le professeur Jean-Philippe dénonce un manque de leadership au sein de l'Université d'Etat.


Affaire Gourgueder/Blot: Les étudiants continuent de rendre la vie dure aux dirigeants de l'UEH: Pus d'une centaine d'entre eux ont marché une nouvelle fois ce jeudi jusque devant le Rectorat


Port-au-Prince, le 22 juin 2017 - (AHP) -Plus d’une centaine d’étudiants de l’Université d’Etat d’Haïti ont manifesté ce jeudi dans les rues de la capitale pour continuer de réclamer justice en faveur de leur camarade, John Rock Gourgueder Jean, blessé le 12 juin dernier devant la Faculté d’Ethnologie.

Ils accusent le doyen de la FE, Jean Yves Blot d’avoir volontairement roulé sur la victime avec son véhicule et réclament des sanctions pénales contre lui.

Partis devant les locaux de la Faculté d Ethnologie au champ de Mars, les étudiants ont parcouru plusieurs rues tout en scandant des propos hostiles aux membres du  Rectorat de l’UEH, particulièrement le recteur Fritz Deshommes, qu’ils accusent de soutenir Jean Yves Blot.


Ils sont arrivés jusque devant le siège du rectorat à Bourdon pour faire entendre leur voix mais, face à un important dispositif  de  policieras qui ont fait usage de canon à eau acidulée. 

Les etudiants affirment que les policiers n'ont fait que verser de l'huile sur le feu.