jeudi 31 mars 2016

9 cas d’assassinats de policiers pour la période allant du 1er janvier au 16 mars 2016, mais l’inspection générale de la police nationale fait état d’une certaine accalmie au cours des dernières semaines




Port-au-Prince, le 31 mars 2016 – (AHP)- L’inspection générale de la police nationale d’Haïti informe avoir recensé  9 cas d’assassinats de policiers pour la période allant du 1er janvier au 16 mars 2016.

Le porte-parole de l’IGPNH, le commissaire divisionnaire Marc-Wilckens Jean, toutefois  fait  état d’une certaine accalmie au cours des dernières semaines.

Cela, dit-il, est dû à la collaboration de la population et aux efforts des forces de l’ordre pour retrouver les pistes d’individus ou de groupes d’individus cherchant à déstabiliser les forces de l’ordre en assassinat des policiers.

( On apprend aussi que certains individus soupconnés d'implication dans ces meutres, ont été avertis)

Marc-Wilckens Jean invite la population à continuer à collaborer en donnant aux policiers toute information sur des situations pouvant menacer l’ordre public.

Le porte-parole de l’IGPNH a aussi indiqué que le policier qui avait abattu le 25 mars dernier son confrère du corps d’intervention et de maintien d’ordre, a été placé en isolement.

Ce sont en tout 5 policiers qui ont été mis en isolement pendant le mois de mars, a dit Marc-Wilckens Jean. qui a aussi  fait  état de plus de 500 actes d’enquête réalisés au cours du mois.

L’IGPNH a aussi reçu 41 plaintes entre autres pour abus de confiance, refus de prendre soin, confiscation de document, agressions physiques et violence.

Pour les trois premiers mois de l’année, l’IGPNH affirme avoir traités 165 dossiers qui ont été acheminés à la direction générale de la PNH. Les séances de sensibilisation des agents de la brigade d’opération et d’intervention départementale se sont poursuivies, a-t-il dit.

Pour sa part, le président de la commission justice, sécurité et défense nationale du sénat, Me Jean-Renel Sénatus, a réaffirmé la volonté de grand corps d’œuvrer, de concert avec les autorités compétentes dont la police et la justice pour réduire l’insécurité à sa plus simple expression, admettant qu’on ne peut éliminer l’insécurité à 100%.

Il a fait état de plusieurs rencontres qui ont, à cette fin, été organisées et qui commencent, dit-il, à porter du fruit. Cela se voit notamment avec une nette diminution du nombre de cas d’assassinats touchant des citoyens revenant de la banque.

L’ancien commissaire du gouvernement invite ses collègues parlementaires, les autorités judiciaires ainsi que les hauts fonctionnaires de l’Etat à collaborer avec les agents de l’ordre lorsqu’ils effectuent des contrôles de routine dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

0 commentaires:

Publier un commentaire