mardi 2 août 2016

Les sénateurs échouent ce mardi encore à organiser une séance , alors que plusieurs propositions et projets de loi sont en souffrance



Port-au-Prince, le 2 aout 2016 – (AHP) -  Contrairement à ce qui était prévu, l’assemblée des sénateurs n’a pu ce mardi réunir assez de membres pour organiser la séance au cours de laquelle plusieurs points étaient à l’ordre du jour dont le dépôt officiel du projet de budget rectificatif et la transmission du document d’analyse du projet de loi créant le FNE, le fonds national de l’éducation.

C’est le vice-président du grand corps Steven Benoit qui, en l’absence du président Ronald Larêche, avait procédé à l’appel nominal.  La première fois 8 sénateurs étaient présents et seulement 6 la seconde fois, a déploré M. Benoit, rappelant que la présence de 16 sénateurs était requise pour ouvrir la séance.

Il a tenu à rappeler que ses collègues s’étaient pourtant  entendus la veille pour commencer la séance à 11 heures du matin.

Steven Benoit a dit espérer quer séance pourra avoir lieu de mercredi.

Plusieurs parlementaires ont dénoncé la politique de marronage des sénateurs qui n'ont organisé paraiquement qu'une seule séance depuis des mois, celle pour accorder decharge à deux sénateurs dont Andris Riché de la Grande-Anse pour leur permettre de participer à la  senatoriale  du  9 octobre visant entre autres  le renouvellement  d'un tiersdu Sénat,

Le sénateur Jean-Renel Sénatus a déploré que son assemblée ne soit  pas en mesure d’organiser des séances à cause de l’attitude absentéiste de certains de ses membres.

Plusieurs propositions et projets de loi sont pourtant en souffrance, a déploré M. Sénatus évoquant notamment le dossier de la ratification du directeur général de la Police nationale d'haïti ( PNH).

Le sénateur Youri Latortue se dit optimiste quant à l’organisaion de  séances au grand corps estimant qu’il y a une prise de conscience chez ses collègues pour rendre fonctionnelle l’assemblée.

Il annonce que la proposition de loi qu'il va bientôt déposer, porte sur le crédit universitaire. Un texte qui devrait faciliter l’entrée des jeunes à l’université grâce à un financement de la banque nationale de crédit.

Pour sa part, le sénateur Evallière Beauplan a dit déplorer que son collègue Benoit ait choisi de faire l’appel nominal alors qu’il n’y avait même pas quorum au niveau du bureau pour ouvrir la séance.

Il rappelle que selon les règlements internes du grand corps, au moins 3 des membres élus du bureau doivrnt être présents au moment de l’appel nominal, ce qui dit-il, n’a pas été le cas.

0 commentaires:

Publier un commentaire