mercredi 10 août 2016

Journée de réflexions ce mercredi autour de la problématique de la participation des femmes à la vie politique: forum qui participe de la lutte en faveur du renforcement de l’accès des femmes aux postes électifs, à l'initiative du ministère à la condition féminine et aux droits de la femme et duministère de la justice et de la sécurité publique



Port-au-Prince, le 10 aout 2016 – (AHP) - Le ministère à la condition féminine et aux droits de la femme  et le ministère de la justice et de la sécurité publique ont organisé mercredi, une journée de réflexions autour de la problématique de la participation des femmes à la vie politique.

Des membres d’organisations féminines, des candidates et anciennes candidates, entre autres, ont pris part à ce forum qui participe de la lutte en faveur du renforcement de l’accès des femmes aux postes électifs, a souligné le ministre de la justice, Camille Edouard Junior.

Il rappelle que la constitution en vigueur stipule que l’administration publique doit comporter au moins 30% de femmes.

Pour que cela soit une réalité, il faut prendre des mesures discriminatoires positives envers les femmes, a dit le ministre  qui informe que son ministère a pris un ensemble de dispositions pour assurer la protection des candidates qui auront à participer aux prochaines élections.

C’est dans cette perspective que les commissaires du gouvernement ont reçu des instructions pour traiter avec la dernière rigueur les auteurs d’actes d’intimidation ou de violence envers les femmes, a dit Me Edouard.

Il ne faut surtout pas, a-t-il dit, que des propos hostiles et des menaces compromettent leurs droits politiques.

Pour sa part, la ministre à la condition féminine et aux droits de la femme, Marie-Denise Claude s’est félicitée de l’organisation de ce forum qui donne aux participantes l’occasion de poser la problématique de leur participation dans les espaces de pouvoir.

Le temps est venu pour les femmes de monter au créneau et toucher du doigt le problème de leur intégration et de leur représentation dans les espaces de décision et de pouvoir, a-t-elle assuré.

"Nous devons identifier les mécanismes à mettre en place pour faciliter notre intégration effective", a dit l’ancienne candidate au sénat qui soutient la nécessité de renforcer les lois protégeant les intérêts des femmes et réviser celles qui tendent à les discriminer.

Les participantes ont salué l’initiative des ministères de la justice et à la condition féminine mais soutiennent l’importance de passer de la parole aux actes pour garantir leur intégration et leur participation effectives ,arguant qu’aucune société ne saurait avancer sans la participation de tous et toutes.

0 commentaires:

Publier un commentaire