jeudi 21 juillet 2016

Le président de l’association haïtienne des économistes contre l'idée de recourir à la BRH pour financer les élections en Haïti: Eddy Labossière oriente plutôt vers les organismes autonomes et le secteur privé, estimant que 60% du budget sollicité par le CEP devrait être largement suffisant



Port-au-Prince, le 21 juillet 2016 – (AHP)- Le président de l’association haïtienne des économistes, Dr Eddy Labossière, est contre l’idée de se tourner vers la banque centrale pour trouver les moyens de financer les prochaines élections dans le pays.

C’est le président du CEP, Léopold Berlanger, qui avait évoqué mercredi, la possibilité de recourir ne serait-ce qu’à un prêt de la banque centrale pour assurer le financement des prochaqines joutes.

Ceux qui font de telles suggestions ne sont sans doute pas imbus de la réalité, a dit le Dr Labossière qui argue que tout recours à la BRH pour financer les élections risque de provoquer une grave  inflation, alors que le pays est déjà dans une situation économique précaire.

Selon lui, le gouvernement devrait de préférence solliciter les organismes autonomes qui réalisent d'énormes profits, alors qu’ils ont des dettes envers le gouvernement, citant entre autres l’Office National d’Assurance Vieillesse, ONA.

Eddy Labossière reste optimiste que le pays peut trouver des ressources internes pour financer le scrutin en réduisant notamment les dépenses de certains ministères.

Eddy Labossière qui a participé mercredi à une rencontre au palais national entre le chef de l’Etat et des membres du secteur économique et financier autour du financement et de la participation de la société civile aux prochaines élections, estime que le budget de 55 millions de dollars pour organiser le scrutin et trop élevé.

Les élections ne peuvent pas couter 55 millions de dollars, a-t-il dit, informant que les compagnies de téléphonie, Digicel et Natcom, sont prêtes à contribuer à hauteur de 10 millions de dollars US et le secteur privé 2 millions.

Actuellement, le gouvernement disposerait de 800 millions de gourdes, a dit M. Labossière qui se félicite de la démarche consistant à trouver des ressources locales pour financer l’organisation des élections.

Le président de l'AEH croit que 60% du budget réclamé par le CEP devrait être largement suffisant

Outre Dr Labossière de l’AHE, le président du forum économique, Grégory Brandt, le président de l’association professionnelle des banques Maxime D. Charles, le PDG de la UNIBANK Carl Braun, l’économiste en chef de la Sogebank Pierre-Marie Boisson et le président de la Digicel Marteen Boute, ont pris part à la rencontre de mercredi au palais national.

0 commentaires:

Publier un commentaire