vendredi 29 juillet 2016

Lancement ce jeudi de la 3e conférence des chefs de missions diplomatiques d’Haïti autour du thème : Une diplomatie au service du développement du pays: le président Jocelerme Privert dépeint un tableau sombre de la réalité socio-économique du pays due au manque de légitimité de responsables de certaines institutions.


 Port-au-Prince, le 28 juillet 2017 –(AHP) – Le ministre des affaires étrangères et des cultes, Pierrot Délienne a lancé ce jeudi à Pétion-Ville, la 3e conférence des chefs de missions diplomatiques d’Haïti qui se tient autour du thème : Une diplomatie au service du développement du pays.

Pendant deux jours, les 28 et 29 juillet, les chefs de missions aborderont plusieurs sous-thèmes dont gouvernance et développement ; commerce, investissement et développement, diaspora et développement, coopération et développement ; et réforme administrative.

Cette rencontre, a dit le chef de la diplomatie haïtienne, participe de la volonté de l’administration d’imprimer une nouvelle dimension à l’action diplomatique pour en faire un outil au service du développement.

Une diplomatie qui doit être au cœur de la défense des intérêts du pays, a-t-il souligné, invitant les diplomates à mieux cibler leurs actions et à les rendre opérationnelles dans le cadre de leurs rapports avec les pays amis et les partenaires économiques et financiers d’Haïti.

La défense des intérêts du pays doit être au cœur de vos actions tant au niveau binational qu’au niveau des agences multilatérales, a insisté M. Délienne.

Pour sa part, le président Jocelerme Privert qui intervenait à l’ouverture des assises, a peint un tableau très sombre de la réalité socio-économique du pays.

Il évoque notamment une recrudescence de l’insécurité qui participe du manque de légitimité du chef de la police nommé depuis 3 mois mais toujours pa ratifié par le sénat, et une crise monétaire et financière qui serait en lien avec le manque de légitimité des membres du conseil d’administration de la banque centrale.

De plus, le président Privert a  souligné la dépréciation de la gourde par rapport au dollar US et fait remarquer que les interventions de la banque centrale qui a, entre autres injecté des devises sur le marché, a contribué à la chute des réserves en dollars qui sont passées de 1.3 milliard de dollars US en 2011-2012 à 800 millions actuellement.

0 commentaires:

Publier un commentaire