mercredi 6 juillet 2016

La police des Cayes confirme l’existence d’un mandat d’arrêt contre Guy Philippe: Me Napoléon Lauture soutient que le décret électoral n’accorde aucune immunité aux candidats mais une simple protection en période de campagne


 Port-au-Prince, le 5 juillet 2016 – (AHP) – La police des Cayes confirme l’existence d’un mandat d’arrêt émis à l’encontre d’une dizaine d’individus dont l’ex-chef rebelle Guy Philippe pour leur implication présumée dans l’attaque contre le commissariat des Cayes dans la nuit du 15 au 16 juin dernier et qui s’était soldée par la mort d’un policier.

Le directeur départemental de la police nationale dans le sud, Marc André Cadostin, affirme qu’il ne lui appartient pas de déterminer si les individus recherchés sont des candidats ou non. Le fait est que les autorités judiciaires ont émis des mandats que nous devons exécuter, a-t-il dit.

De leur côté, les responsables du consortium national des partis politiques haïtiens, dont Guy Philippe porte l’étendard aux sénatoriales dans la Grand-Anse, continuent de dénoncer un complot dont ils accusent le pouvoir en place d’avoir fomenté contre l'ancien chef rebelle.

Il n’est pas impliqué dans l’attaque contre le commissariat des Cayes, tente de persuader Jeantel Joseph, le président du consortium qui affirme que si Guy Philippe devrait de nouveau se rebeller contre le pouvoir, et  le faire à visage découvert.
L'ancien commissaire de police avait dejà pris les armes début 2004, provoquasnt la mort de plusieurs  policiers et détruisant des commissariats de police.

Pour sa part, Ronald Etienne, un député du Consortium de  la circonscription de Pestel, fief de Guy Philippe, dénonce un rapport politique et appelle la police à se ressaisir.

Peut-on parler d’immunité pour les candidats ? L’avocat Napoléon Lauture a fait savoir  que le décret électoral n’attribue pas d’immunité aux candidats mais une simple protection au cours de la période de campagne.

Me Lauture précise que l’article 237 du décret électoral prévoit cette protection seulement pendant la période de campagne. Il affirme donc que la justice peut poursuivre tout citoyen accusé d’actes répréhensibles.

0 commentaires:

Publier un commentaire