mercredi 6 juillet 2016

Le nouveau maire de Delmas met le feu aux poudres en mettant 1075 employés en disponibilité: le syndicat réclame leur reintégration et apelle les organisations de droits humains et l'OPC à se saisir du dossier



Port-au-Prince, le 5 juillet 2016 – (AHP) – Le retour fracassant de Wilson Jeudy à la Mairie de Delmas continue de faire des vagues. Après les démentis de Yannick Mézile, sa prédécesseure, concernant les allégations selon lesquelles elle aurait mal géré la commune et n'aurait laissé que 4 millions dans les caisses, alors qu'il en aurait laissé 59 millions, c’est au tour des employés de monter au créneau.

Ils dénoncent la décision de M. Jeudy de mettre en disponibilité pas moins de 1075 employés, prétextant un état lamentable des finances de la Mairie.

Le porte-parole du syndicat des employés de la mairie de Delmas, Jean-Denne Charles, plaide en faveur de la réintégration de ces employés, victimes, a-t-il dit, d’une décision arbitraire.

Il appelle les organisations de défense des droits humains, l’office de la protection du citoyen et les membres des commissions affaires sociales des deux branches du parlement à se saisir de l’affaire.

M. Charles invite également les institutions de lutte contre la corruption dont l’ULCC et la cour des comptes à diligenter une enquête sur la gestion de M. Jeudy lorsqu’il liquidait les affaires courantes aux mois de mai et juin 2015.
"Si Wilson Jeudy dit avoir  laissé environ 59 millions de gourdes dans les caisses de la Mairie, il y avait également des dettes s’élevant à 47 millions de gourdes", a-t-il dit.

M. Jeudy qui vient de beneficier d'un second mandat avait déclaré la semaine dernière n'avoir trouvé que 4 millions de gourdes dans les caises de la mairie.

C'est l'agent intérmaire Yanick Mézile nommé par le président Michel Martelly qui était à la tête de la première commune du pays avant le retour de Jeudy.

0 commentaires:

Publier un commentaire