jeudi 28 janvier 2016

Le pouvoir et son parti officiel PHTK organisent ce jeudi des manifestations à Port-au-Prince et dans des villes de province pour dire "non au coup d’Etat, non à la transition et oui aux élections": à Port-au-Prince, nombre des manifestants ont été debarqués d'autobus en provenance des régions



Port-au-Prince, le 28 janvier 2016 – (AHP) – Le pouvoir et le parti officiel PHTK ont organisé ce jeudi des manifestations  à Port-au-Prince mais aussi dans plusieurs villes de provinces, des manifestations qui ont eté couvertes par la télévision nationale d’Haïti, chaine de service publique, a assuré une couverture médiatique en direct de ces nombreuses manifestations notamment dans le nord et dans la Grand-Anse.

A Port-au-Prince, ce sont des centaines de personnes dont une bonne partie a eté debarquée notament sur la place publique du canape-Vert, de bus en provenance de plusieurs  régions du pays, et qui ont marché de la Place du Canapé-Vert au Champ-de-Mars, pour dire non au coup d’Etat, non à la transition et oui aux élections.

Défenseur zélé du président Michel Martelly, le coordonnateur de la plateforme REPONS PEYIZAN, Fednel Monchéry a souligné que la voie de la transition n’est pas la meilleure à suivre.

Il a fait savoir que deux candidats qui ont été au premier tour de la   présidentielle,  sont qualifiés pour le second tour du scrutin il faut que le processus continue, a-t-il dit, appelant ceux qui veulent le pouvoir à chausser leurs bottes pour aller à la rencontre de la population.

Même tonalité du côté de Rosemond Jean, lui aussi un activiste du pouvoir Tèt Kale qui assure  ne jurer que par la poursuite du processus électoral.

A signaler que  de nombreux participants à  la manifestation du pouvoir ont dissimulé leur visage à l'aide de t-shirts roses qui leur ont été distribués.

De plus, des medias de la capitale ont relayé  des propos  injurieux échangés entre des organisateurs de la manifstation et des inidvidus furieux qui voulaient d'abord être  payés pour de précedents manifstations auxquelles ils ont participé notamment au Cap-haïtien, avant de s'engager une nouvelle fois.

Quant à l’opposition, qui  projette de manifester à Port-au-Prince vendredi et samedi pour continuer d’exiger le départ du président Michel Martelly et la mise en place d’un gouvernement de transition, elle affirme que les manifestations du pouvoir n'ont aucune valeur, puisqu'elles sont oganisées avec des centaines de millions de gourdes tirées du trésor public.

Des responsables de l'opposition soutiennent que la population de Port-au-prince va encore augmenter, avec ces centaines de gens transportés de la province en autobus et abndonnés sans billet de retour, comme au temps de Duvalier.

0 commentaires:

Publier un commentaire