vendredi 22 janvier 2016

La Directrice de Programmation de Radio Kiskeya Liliane Pierre-Paul accuse le président Michel Martelly de menaces et de persécutions à son encontre



Port-au-Prince, le 21 janvier 2016 – (AHP) – La Directrice de Programmation de Radio Kiskeya Liliane Pierre-Paul a fait savoir  jeudi qu'elle était l'objet de menaces et de  persécutions de la part du  président Michel Matelly et qu'elle rendrait le chef de l'Etat responsable de tout ce qui pourrait lui arriver ainsi qu'à sa famille et ses collaborateurs.

Lors d'une interview plus tôt dans la journée sur Radio Télé Métropole, le chef de l'Etat avait lui-même accusé Madame Pierre-Paul d'avoir détruit la réputation de son fils aïné (Olivier), en l'accusant de voleur.

" S'il n'avait pas un père et une mère qui l'aiment", il aurait pu perdre la tête", a fait savoir Michel Martelly

La jounaliste a rejeté l'accusation du chef de l'Etat , le mettant en defi de la prouver .

"Toutes les émissions de Radio Kiskeya sont enregistrées. Je mets Michel Martelly en defi de prouver ses accusations", a lancé la Directrice de Programmation de Radio Kiskeya qui dit croire que le président Martelly à une obsession qui a pour nom Liliane Pierre-Paul.

Liliane Pierre-Paul en a profité pour dénoncer des frasques du chef de l'Etat. Elle a cité des propos jugés  orduriers lancés  à l'endroit d'une femme qui le questionnait  sur son bilan, en juillet dernier à Miragoâne .

" La presse est-elle responsable de ce dérapage, tout comme des propos débités au champ-de-mars lors des défilés carnavalesques", a-t-elle questionné.

Justement, comme pour provoquer, le président Martelly a fait écouter sur les ondes lors de l'interview quelques secondes d'une méringue qu'il aurait composée sur Madame Pierre-Paul pour le carnaval 2016, et qui s'intitulerait Ti Lili .

Tout avait commencé lorsque que sur les ondes d'une station locale où il était en visite en mai 2013, Michel Martelly vraisemblablement pas content  d'être appelé Sweet  Micky, alors qu'il est le président de la République, a ajouté le prefixe Ti au sobriquet (petit nom) affectueux Lili de Liliane Pierre-Paul.

Une appellation que la journaliste avait assimilée à une tentative de banalisation, alors que Sweet Micky est le nom d'artiste que Michel Martelly s'est lui-même donné, avait alors expliqué Madame Pierre-Paul.

Lors de son intervention de ce jeudi, le président  Martelly en a profité pour  répondre aux accusation de corruption dont il fait l'objet. Il a ainsi fait savoir que les fonds utliisés pour les  constructions et les  acquisitions faites pendant sa présidencet sont tirés de prêts qui lui ont été consentis par la banque et non du trésor public.

Liliane Pierre-Paul a quant à elle accusé le premier ministre Evans Paul qui a également participé à l'interview, d'avoir cautionné ce qu'elle considère comme des menaces proferées à son encontre,  pour être resté impassible. 

0 commentaires:

Publier un commentaire