mardi 6 octobre 2015

Le secrétaire d'Etat américain affirme que la violence et l'intimidation n'ont pas leur place dans le procesus électoral haïtien: le president Martelly tente de rassurer que des mesures seront prises pour corriger les graves irrégularités du 9 aout et favoriser de meilleures élections le 25 octobre




Port-au-Prince, le 6 octobre 2015 – (AHP) –En visite de quelques heures  en Haiti, ce mardi, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a fait savoir  que la violence et l'intimidation n'ont pas  leur place  dans le processus électoral haïtien.

Une allusion à peine voilée aux violences et aux fraudes  ayant marqué la journée électorale du 9 août 2015 et attribuées aux candidats et partisans des partis officiels ou proches du pouvoir.

John Kerry  a été reçu auparavant par le président Michel Martelly au palais national pour une séance de travail à laquelle le premier ministre Evans Paul ainsi que des membres de son gouvernement ont également pris part.

Les discussions ont surtout porté sur le processus électoral et  l’appui du gouvernement américain à la réalisation des elections de 2015. Michel Martelly et John Kerry ont par la suite donné une conférence de presse conjointe.

Le président haïtienqui a loué le soutien des Etats-Unis à la poursuite du processus électoral, a tenté de persuader qu’Haïti est résolument tourné vers l’avenir, faisant savoir que l’alternance démocratique est la seule voie envisageable.

Après les fraudes et les violences ayant émaillé le premier tour des législatives du 9 août, le président Martelly a aussi indiqué que des mesures seront adoptées pour renforcer la police nationale dans le cadre de la sécurité pendant les élections et a dit avoir  encouragé le conseil électoral provisoire à faire les corrections nécessaires pour de meilleures élections le 25 octobre.

 Pour sa part, John Kerry a fait savoir que les Haïtiens méritent mieux que ce qu'ils ont eu lors des élections du 9 août, les appelant du coup, à voter le 25 octobre, promettant que la situation sera différente.

Il a plaidé en faveur de l’aboutissement du processus électoral et a réaffirmé l’engagement des autorités américaines à appuyer Haïti, rappelant que son pays a mis une enveloppe de 30 millions de dollars US à la disposition d’Haïti pour les élections de 2015.

"La violence et l’intimidation n’ont pas leur place dans le processus auquel j'encourage vivement la participation des Haïtiens", a dit John Kerry, indiquant par ailleurs que l’avenir du pays ne passera pas par l’aide externe.

Il lui faut des institutions et une démocratie fortes, a souligné John Kerry qui plaide en faveur d'élections sans violences.

Cependant, dans le même temps, à l'initiative de l’Espace de résistance patriotiqudes, des  militants de l'opposition appelaient  à la démisssion des membres du Conseil électoral provisoire accusés d'être à la solde du pouvoir et de couvrir les fraudes et les violences du  9 août pour n'avoir pris aucune disposition sérieuse pour punir les coupables

La plateforme JISTIS a également pris  le contre-pied des déclarations de M. Kerry selon lesquelles l’organisation des élections constitue la seule voie de sortie politique.

"Les conditions ne sont pas réunies pour la tenue de bonnes élections dans le pays, a fait savoir Me André Michel qui continue de plaider en faveur de l’annulation des élections du 9 aout, du départ du CEP et du gouvernement ainsi que la mise en place d’un gouvernement de transition.

0 commentaires:

Publier un commentaire