mercredi 7 octobre 2015

Le collectif des organisations pour la défense des droits des migrants et des rapatriés appelle les candidats à la présidence à refuser tout financement en provenance de la République dominicaine



Port-au-Prince, le 7 octobre 2015 – (AHP) - Le collectif des organisations pour la défense des droits des migrants et des rapatriés CODEMIR a appelé mercredi les candidats à la présidence à éviter tout financement en provenance de la république dominicaine pour ne pas mettre le pays en situation de faiblesse dans ses rapports avec le voisin.

Le porte-parole du CODEMIR, Jean Carmelot Stanley Nérée, estime que c’est par redevance aux entrepreneurs dominicains que l’administration du président Michel Martelly a confié aux firmes dominicaines la plupart des chantiers relatifs à la reconstruction du pays.

Il s’agit d’un retour de l’ascenseur pour avoir grandement bénéficié du support financier dominicain pour sa campagne électorale, a fait savoir M. Nérée.

De plus, a-t-il dit, les autorités haïtiennes ont été incapables de discuter d'égales à égales avec leurs homologues dominicaines après la publication de l’arrêt xénophobe TC 168-13 et suite à la vague de rapatriements  d’Haïtiens dits en situation irrégulière en république dominicaine.

Pour M. Nérée, cela montre l’importance pour les futurs dirigeants du pays d’éviter tout financement de leur campagne par des secteurs   dominicains.

Il a également appelé le conseil électoral à prendre des mesures pour corriger les graves impairs du premier tour, pour pretendre pouvoir organiser  de façon responsable le 1er tour de la présidentielle prévue le 25 octobre.

0 commentaires:

Publier un commentaire