mardi 6 octobre 2015

Le consortium d’observation électorale composé du RNDDH, du CONHANE et du CNO souligne de nombreuses incohérences dans les résultats définitifs du premier tour des législatives. Ces organisations jugent questionnables les critères de prise de décision et dénoncent des méthodes de calcul contradictoires.



Port-au-Prince, le 6 octobre 2015 – (AHP) –Le consortium d’observation électorale composé du Réseau National de Défense des Droits Humains(RNDDH), du Conseil Haïtien des Acteurs Non Etatiques (CONHANE) et le Conseil National d’Observation des Elections (CNO)  ont afirmé mardi avoir relevé de nombreuses incohérences dans les résultats définitifs du premier tour des législatives.

Ces organisations jugent questionnables les critères de prise de décision et dénoncent des méthodes de calcul contradictoires et l’absence de transparence dans le processus d’évaluation annoncée par le CEP sur les élections du 9 aout 2015.

La responsable de programme au RNDDH, Marie Yolène Gilles Colas, déplore le laxisme des conseillers électoraux  face à des candidats dénoncés par la clameur publique pour des actes  de violence et fraudes au cours de la journée électorale du 9 aout.

Le Conseil électoral avait fait savoir que c'est sur la base de preuves qu'il a adopté des sanction contre un groupe de candidats au sénat accusé de violences et de fraudes le jour du vote pour tenter d'expliquer pourquoi des partis proches du pouvoir paticulièrement Bouclier n'on pas été sanctionnés.

Cependant,  sous pression, le  président du CEP Pierre-Louis Opont devait publier le 24 août 2015 une liste dans laquelle, le nom de  Bouclier se trouve bien inscrit aux côtés des  partis ayant  commis le plus d'exactions le 9 août.

Ladite liste est insérée dans le communiqué de presse #51 du CEP.

Toutefois, jusqu'ici aucun des candidats de ce parti n'a éte sanctionné, le CEP se conentant jusqu'ici de promesses

La responsable de programme au RNDDH, Marie Yolène Gilles Colas, qui salue  la décision du CEP de réviser la liste des organisations habilitées à observer le scrutin du 25 octobre prochain, estime qu'il y a encore beaucoup à faire pour retablir un minimum de confiance.

0 commentaires:

Publier un commentaire