jeudi 1 octobre 2015

Haïti/restrictions: la mesure censé entrer en vigueur ce jeudi: des associations dominicaines demandent un accord de libre échange avec Haïti



Port-au-Prince, le 1er octobre 2015 – (AHP) –Des Commerçants dominicains ont exprimé mercredi leur inquietude  face à  l'impact que risquent d'avoir les restrictions qu'Haïti commence à appliquer sur les importations dominicaines.

Ils ont donc  proposé  à leur gouvernement de négocier avec haïti un accord de libre-échange qui empêcherait des actions unilatérales surprise.

"Les restrictions imposées par Haïti et que la Republique dominicaine dénonce comme ayant été adoptées sans préavis, seront en vigueur à partir de ce jeudi  et "affecteront l'industrie, le commerce des deux pays, les transporteurs et surtout  la population ". a fait savoir lors d'une conférence de presse, Antonio Cruz, président de l'association des commerçants  dominicains.

Cruz a appelé le président dominicain Danilo Medina à reprendre un ancien projet de négociation d' un accord de libre-échange avec Haïti, pour réglementer le commerce entre les deux pays qui se partagent l'île Quisqueya.

Medina avait dit au moment d'assumer la présidence en 2012 que l'un des objectifs du gouvernement était d'établir un accord de libre-échange avec le deuxième partenaire commercial de son pays, après les États-Unis.

Le gouvernement dominicain a fait savoir que sans le prevenir, Haïti   a annoncé qu'à compter du 1er Octobre, un groupe de 23 produits dominicains  dont  certains aliments de base, ne pourront plus être acheminés par voie terrestre , mais seulement par air ou par mer.

Cette  mesure vise à contrer la contrebande et à accroître la perception des taxes douanières à travers les bureaux de douane des ports et aéroports et d'améliorer le contrôle  qualité, soutiennent  le ministère de l'Economie et des Finances d'Haïti et un groupe d'associations patronales haïtiennes
Alberto Navarro, représentant de l'Union européenne à Saint-Domingue, a déclaré la semaine dernière que, selon une analyse du bureau commercial de sa representation, les nouvelles dispositions vont provoquer "une hausse d'environ 40%" des marchandises concernées, en Haïti.

Mas l'homme d'affaire haïtien Reginald Boulos a rejeté les declarations  de M. Navarro, ecrivant même à l'Union européenne pour dénoncer le caractère farfelu des propos de son représentant en république dominicaine

0 commentaires:

Publier un commentaire