vendredi 9 juin 2017

L'observatoire du système financier haïtien prévoit une aggravation de la situation économique du pays, en raison de mauvais choix



Port-au-Prince, le 8 juin 2017 - (AHP) - L'observatoire du système financier haïtien prévoit une aggravation de la situation économique du pays si le budget rectificatif est appliqué dans les termes qu'il a été adopté par le gouvernement.

Le président de l'observatoire, Kesner Pharel, dit s'attendre a voir moins de création de richesses et donc plus de pauvreté à la fin de l'exercice, en raison notamment de la décision de l'administration Moise-Lafontant, de réduire l'enveloppe destinée aux investissements, tout en augmentant les dépenses courantes.

En comparant le budget initial de 122 milliards de gourdes adopté par l'équipe de transition, Privert/Jean-Charles) a celui (118 milliards) du tandem Moise-Lafontant, l'économiste note que le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) attendu est passé de 2.2% a 1.1%.

L'inflation devrait également être revue à la hausse, soit 16.6% contre 13.5% qu'avait prévu l'équipe de transition. Le taux de pression fiscale diminuera également, passant de 14.1% à 12.4%, fait remarquer Kesner Pharel alors que le taux de change de 63.50 gourdes pour un dollar US sera de 65 gourdes pour le billet vert.

Enfin, les réserves nettes de change sont également revues à la baisse, laissant la barre de 4 à 5 mois d'importation pour chuter à seulement 3 mois d'importation, ajoute l'économiste.

Il note une augmentation de 7% des dépenses courantes, une hausse de 3% des salaires et de 16.3% pour l'achat de biens et services par un gouvernement qui avait annoncé sa volonté de réduire ses dépenses. La rubrique "Transfert et subvention" a aussi été ajustée de 7% à la hausse. 

Nous ne voyons pas la matérialisation des promesses du président Jovenel Moise a travers ce budget rectificatif, informe Kesner Pharel qui ajoute que ce sont les générations futures qui en paieront le prix.

Il n'y a pas que le PDG de "Group Croissance" qui critique la ventilation du budget rectificatif. Le président de la fédération nationale des maires, Jude Edouard Pierre, a lui aussi déploré certains choix de l'actuelle administration.

Il déplore que l'enveloppe destinée aux fonds communaux ait été considérablement réduite passant de 10 à 3 millions de gourdes environ. 

Le maire de Carrefour a par ailleurs fait remarquer qu'a moins de 4 mois de la fin de l'exercice fiscal, pas un centime n'a été viré sur les comptes des municipalités.

Cela traduit, de l'avis de JED,  un mépris pour les collectivités voire pour le processus de décentralisation. L'Edile de Carrefour annonce qu'il va saisir le parlement pour porter les députés et les sénateurs à faire les ajustements nécessaires dans le document.

Le projet de budget rectificatif a été déposé mercredi a la chambre des députés. Il tient compte des promesses de campagne du président Jovenel Moise et des engagements pris par le premier ministre jack Guy Lafontant, lors de la présentation de sa déclaration de politique générale au parlement, avait indiqué le ministre de l'économie et des finances.

Le grand argentier de la république était une fois de plus ce jeudi à la chambre des députés pour faire l'exposé des motifs. 


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire