lundi 12 décembre 2016

Résultats/élections 2016: les partis contestatires promettent de donner une leçon historique


AHP/12 décembre 2016- Après que le Bureau du contentieux electoral national (BCEN)  se fut déclaré incompétent pour trancher dans le dossier de contestation des elections du 20 novembre 2016,  les organisations et partis contstataires,  Fanmi lavalas , LAPEH et Pitit Desalin ont fait recours au Greffe du bureau du contentieux electoral national.

Après un demi-échec pour les avocats du PHTK qui avait demandé au tribunal de déclarer irrecevable la demande des 3 partis qui estiment avoir été victimes de fraudes massives bien pires qu'en 2015. Il s'agit pour eux de réclamer une vérification approfondie au Centre de tabulation des votes.

Pour eux, ni le CEP,  ni  le Centre de tabulation des votes  (CTV), ni le tribunal électoral, ni même des secteurs de  la communauté internationale n'ont  interêt à manoeuvrer pour tenter d'empêcher cette vérificatoin, malgré leur impatience à imposer ce qui n'a pu l'être en 2015.

Les partis contestataires ont fait savoir que le plus important  aujourd'hui pour le pays et les Haïtiens, c'est qu'un president ou une présidente, élue  effectivemet par la populaion dirige le pays au cours  de  ces 5 prochaines  années et non un présientaccusé de magouiles et de fraudes.

Les partisans des 3 candidats déclarent voir mal que  le président, le vice-président et la secretaire générale du CEP n'iraient pas dans le sens de la verification, eux qui avaient été si virulents contre le CEP de 2015, lorsque Fanmi Lavalas avait obtenu le droit de vérifier 78 procès-verbaux. Ce qui avait pemis de decouvrir la magouille.

Si les avaocats et les proches du PHTK se déclarent confiants quant  à l'election de Jovenel Moïse, ils ne sont plus aussi enthousiates qu'ils l'ont eté au cours de la soirée electorale du 20 novembre, avec la publication dans des medias, de résultats le donnant gagnant d'un seul coup de clé, alors que le depouillemet n'avaien même pas commencé.

Certains secteurs estiment aussi que la campagne dite  de diffamation et d'accusations de violences pour démobiliser  les manifestations contre les résultats du 28 novembre ne semblent pas avoir produit l'effet escompté

Les mêmes secteurs croient que  medias étrangers doivent pouvoir attendre la verification puis  la poclamation de   resultats susceptibles de  favoriser la pacification du pays,  même si des medias europeens comme France 24 disent avoir déjà leur président.

France 24 a en effet proclamé un président  à travers un reportage diffusé samedi sur la situation post Matthew, dans le quel, toutes sortes de temoignages, même les plus farfelues ont été relayés, pour tenter de faire savoir que rien n'a été fait pour les populations victimes.

Pour l'instant, les  avocats des partis politiques contestataires attendent d'être entendus cette semaine au  BCEN  pour que toute la lumière soit faite sur les élections du 20 novembre.

Mais, une petite ombre au tableau: le cas Moïse Jean-Charles. Pendant  que ses avocats contestent les résultats au BCED et s'apprêtent à le faire au BCEN, le candidat de Pitit Desalin reconnait,  lui, indirectement, les résultats préliminaires contestés du CEP qui placent Jovenel  Moise en première position, en proclamant partout qu'il vient tout juste après le candidat du PHTK. Vraiment pathétique!

0 commentaires:

Publier un commentaire