mardi 27 décembre 2016

Le candidat Jude Célestin récuse l'ensemble des 5 juges de la 3e composition du BCEN pour suspicion légitime de partialité caractérisée et de conflit d'intérêt: le cabinet Charles et Associés écrit au président Jocelerme Privert pour l'informer d'une sommation faite aux président et membres du CEP, en vue de les mettre en garde contre toute publication de résultats définitifs


 Port-au-Prince, le 27 décembre 2016 - AHP) -  Le candidat à la présidence, de LAPEH (ligue alternative pour l'émancipation et le progrès)  JUDE Célestin, a récusé  ce madi l'ensemble des 5 juges de la 3e composition du Bureau du contentieux électoral national (BCEN) pour suspicion légitime de partialité caractérisée et de conflit d'intérêt. 

L'un de ses avocats, Me André Michel affirme que la correspondance relative a cette demande en récusation, a été déposée au greffe du tribunal électoral peu avant 4 heures ce mardi après-midi.  L'homme de loi évoque plusieurs raisons pour lesquelles, son client, le candidat Jude Célestin, n'a aucune confiance au tribunal électoral.

Il a cité entre autres, l'attitude des juges électoraux qui ont modifié de manière unilatérale, la méthode utilisée au CTV (Centre de fabulation des votes) pour procéder a la vérification des procès-verbaux, exigée par les parties contestataires des résultats préliminaires de la présidentielle du 20 novembre dernier.

Ce changement de la méthodologie de travail a été effectué, selon Me Michel, pour favoriser  le candidat du PHTK (Parti Haitien Tet Kale) Jovenel Moise, dont l'élection presumée au 1er tour du scrutin est contestée par les 3 autres candidats .

Nous sommes en face d'une violation de notre droit et en présence d'adversaires politiques qui travaillent pour un secteur particulier, a accusé  l'avocat , ajoutant que si les juges électoraux n'abandonnent pas l'affaire, cela prouverait qu'ils sont réellement intéressés.

Un peu plus tôt dans la journée, le tribunal électoral avait dû d'observer une suspension d'audience suite à la réception d'une sommation de PITIT Dessalines et d'une exigence  de Jude Célestin demandant la reprise du processus à partir du moment ou les contestataires avaient choisi de ne plus y participer, soit le jeudi 23 décembre dernier.

Le porte-parole du PHTK, Dr Rudy Hériveau  a tenté de rassurer  les partisans de Jovenel Moise qu'ils pouvaient attendret confiants la publication des résultats définitifs du scrutin, estimant que le processus de vérification n'aura aucune influence sur le verdict prononcé le 28 novembre dernier.

Cependant, le cabinet Charles et Associés agissant au nom du candidat à la presience de Fanmi Lavalas maryse Narcisse a adressé le 26 decembre une lettre au président Jocelerme Privert pour l'informer d'une sommation faite au BCEN ainsi qu'aux president et membres du CEP, pour les mettre en garde contre toute publication de résultats définitifs, ce qui serait l'exécution d'un coup d'état electoral

Le processus de vérification  s'est poursuivi en l'absence des parties contestataires et de plusieurs organismes d'observation électorale dont le RNDDH (Réseau national de défense de droits humains) dont la responsable de programme, Marie-Yolene Gilles, avait décidé lundi de quitter le centre de fabulation arguant qu'elle n'avait rien à y faire.

J'aurais pu rester a la maison et suivre le processus en direct, avait-elle ironisé, une façon de dénoncer le manque de transparence qui caractérise ce processus et qui va forcément affecter sa crédibilité.

 Le contrôle de conformité des procès-verbaux n'est pas effectué, s'est indignée la militante des droits humains.

Ils veulent aller vite mais pas dans un souci de réaliser une vérification en profondeur, a-t-elle dénoncé.

Selon des informations dignes de foi, on pourrait s'attendre au cours de ces prochaines 24 heures à des dénonciations de réception de pots-de-vin qui auraient contribué à influencer les résultats des élections.

0 commentaires:

Publier un commentaire