mardi 5 avril 2016

Le ministère de l'éducation n’a pas ajourd'hui les moyens de payer les professeurs d'écoles partiipant au PSUGO: plusieurs dizaines de personnes se presentant comme directeurs d'écoles étaient en sit-in ce mardi devant le siège du Ministère


Le ministère de l'éducation n’a pas ajourd'hui  les moyens de  payer les professeurs  d'écoles partiipant au PSUGO: plusieurs dizaines de personnes se presentant comme directeurs d'écoles étaient en sit-in ce mardi devant le siège du Ministère
Port-au-Prince, le 5 avril 2016 – (AHP) – Les directeurs d’écoles participant au programme de scolarisation universelle, gratuite et obligatoire, vont devoir patienter avant de recevoir la subvention que l’Etat leur avait promise.

Ce mardi, le nouveau ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, Jean Beauvois Dorsonne, a indiqué que le ministère n’a pas ajoiurd'hui  les moyens de les payer.

Pour le seul programme du PSUGO, il nous faut au moins 4 milliards de gourdes, a dit M. Dorsonne ajoutant que le ministère doit aussi faire face aux arriérés des enseignants des écoles publiques.

Rappelant que les recettes collectées cette année sont inférieures aux prévisions et que l’appui budgétaire attendu de l’internationale n’a pas été obtenu, l’ancien parlementaire promet de chercher à dégager des fonds, dans le budget rectificatif, pour adresser ces problèmes.

Alors que le ministre intervenait en conférence de presse, des dizaines de citoyens se présentant comme  des directeurs d’écoles participant au PSUGO, manifestaient devant les locaux du ministère pour réclamer leur subvention.

Ils affirment pour la plupart, que depuis deux ans, le MENFP ne leur a rien donné alors qu’entre temps, ils doivent faire face à des obligations diverses, notamment le paiement des loyers pour les écoles ne disposant pas de locaux ainsi que les salaires des enseignants.

Ils menacent de durcir leur mouvement qui pourrait aller jusqu’à la fermeture des locaux du ministère, si, d’ici le 15 avril, leurs revendications ne sont pas satisfaites.


0 commentaires:

Publier un commentaire