mercredi 20 avril 2016

Des diplomates étrangers conduits par l’ambassadeur des Etats-Unis affirment de plus en plus leur hostilité à la commision de vérification chargée de faire la lumière sur les élections contestées de 2015: des organisations populaires en sit-in devant le palais national pour dénoncer la position des Etats-Unis




Port-au-Prince, le 20 avril 2016 – (AHP) – Des diplomates étrangers accrédités dans le pays, dont l’américain Peter Mulrean, l’allemand Klaus Peter Schick et le représentant de l’union européenne en Haïti, étaient ce mercredi au parlement pour discuter avec les députés et le sénateurs de la situation politique du pays.

Peter Mulrean a redit que son pays ne partage pas l’idée de mettre sur pied la commission de vérification qui n’est pas prévue, a-t-il dit, dans l’accord du 5 février, mais qui doit permettre de faire le  jour sur les élections controversées des élections de 2015.

L'ambassadeur américain a dit craindre que cette commission ne soit instrumentalisée par une frange de la classe politique pour défendre ses propres intérêts tout en retardant le processus électoral.

Le diplomate qui  dit dans le même temps reconnaitre qu’il appartient aux Haïtiens d’en décider, a repris les propos du coordonnateur spécial pour Haïti au département d’Etat Kenneth Merten selon lesquels les bailleurs de fonds pourraient revoir leur position sur le financement des élections en Haïti si la mise en place de la commission de vérification contribue à retarder le processus.

Peu avant son départ pour les Etats-Unis, ce mercredi,  le président provisoire Jocelerme Privert a annoncé la formation imminente de la commission de vérification des élections de 2015.

A la suite de la renconre avec les diplomates étrangers, le président de la chambre des députés, Cholzer Chancy, a fait état  de discussions fructueuses au cours desquelles, il affirme que les parlementaires ont exprimé leurs inquiétudes quant à l’évolution de la situation et notamment de la mise en œuvre de l’accord du 5 février dernier.

"Il s'agissait d'une visite de courtoisie des ambassadeurs qui tenaient à s’informer sur l’évolution de la situation politique", a dit Cholzer Chancy, iajoutant par ailleurs qu'il est important que les pouvoir exécutif et législatif parviennent le plus vite possible à une entente sur la résolution de la crise post-électorale afin d’adresser d’autres problèmes d’ordre économique et social auxquels le pays est confronté.

Le deuxième secrétaire du bureau du Sénat, Steven Benoit, qui se prononce en faveur de la mise en place de la commission de vérification, a dit souhaiter qu’elle soit formée de 5 personnalités intègres et motivées par la défense des intérêts du pays et disposées à faire la lumière sur les scrutins de 2015, émaillés, a-t-il rappelé, de fraudes massives et d’irrégularités.

Que ce ne soient pas des gens dont la conviction a déjà été faite, a dit le parlementaire qui prend le contrepied des déclarations des sénateurs américains autour de la mise en place de la commission de vérification.

Le sénateur Youri Latortue de l’Artibonite considéré par certains secteurs come un mal élu, a dit croire quant à lui, que la création de la commission de vérification est inopportune.

Les sénateurs américains, David Perdue, John Isakson et Marco Rubio, ont en effet écrit au département d’Etat pour lui demander d’utiliser tous les moyens à sa disposition en vue de s’assurer que les autorités haïtiennes respectent l’accord du 5 février en complétant les élections dans le délai prévu.

Il faut compléter le calendrier électoral et éviter tout prétexte d’un nouveau report, écrivent les Congressman qui appuient en ce sens l’idée qu’il y ait des contacts serrés avec le président Jocelerme Privert et le nouveau conseil électoral.

Pour eux, le renvoi des élections qui étaient prévues en janvier dernier, avait beaucoup moins à voir avec le processus électoral en tant que tel qu’avec des candidats perdants qui ont concocté une crise en vue de tout chambarder.

Il ne faut pas que ces derniers obtiennent gain de cause car cela créerait un dangereux précédent pour Haïti, ont  souligné ces senateurs accusés d'être des partisans du statu quo en haïti.

Parallelement, des organisations populaires ont réalisé mercredi un sit-in devant le palais national pour dénoncer la position des Etats-Unis contre la mise en place de la commission de vérification électorale.

Les manifestants ont qualifié d’inacceptables les récentes déclarations des diplomates John Kerry et Kenneth Merten.

0 commentaires:

Publier un commentaire