mercredi 30 novembre 2016

Haïti/élections: la situation reste confuse 3 jours après la publication des resultats preliminaires de la présidentielle: le CEP sur la sellette, dans un contexte de manifestations, soutient qu'il n'y a pas encore de gagnant, alors qu'une conseillère explique n'avoir pas signé les resultats, pour faire valoir ses réserves



Port-au-Prince, le 30 Novembre 2016- (AHP)- La conseillère électorale, Josette Dorcely a expliqué ce mercredi que si elle a refusé de signer les résultats  préliminaires de la presientielle du 20 novembre 2016, c'est pour faire valoir ses réserves sur la tabulation des votes, suite aux dénonciations de partis politiques sur le non respect de certains principes, notamment l’article 158.1 du décret électoral qui exige un contrôle-qualité de tous les procès-verbaux avant leur validation..

Selon la conseillère,  les explications fournies par le directeur du centre de tabulation des vots (CTV), Robenson Chérilus, pour tenter de banaliser les dénonciations, lui paraissaient peu convaincantes et   une vérification était nécessaire avant la publication des résultats.

Si Madame Dorcély se garde jusqu'ici de contester   le verdict du CEP et n'a pas dit s'être désolidarisée  de ses 6 collegues signataires, mais son refus de sigtner tout comme deux autres conseillers, jette de l'ombre sur les résultats preliminaires.

Les deux autres conseillers qui n'ont pas signé pour les mêmes raisons,sont Kenson Polynice et Jean Simon St Hubert.

Des sources proches du CEP ont fait savoir mercredi  que la représentante du secteur féminin, Marie Frantz Joachim  qui etait pour les mêmes raisons, sur la même position, s'est ravisée en toute dernière minute, avant la publication des resultats.
                              
Cependant, en depit des contestation des partis politiques et la position de 3 conseillers électoraux, le directeur exécutif du Conseil National des Acteurs non Etatiques(CONHANE), Edouard Paultre affirme que le processus de traitement des procès-verbaux  s’est déroulé en toute transparence au centre de tabulation et estime que les signatures manquantes n’affectent pas la fiabilité des résultats.

M. Paultre avait dès le lendemain du vote annoncé qu'il n'y aurait pas de 2ème tour, à partir des constatations faites, avait-il dit, par les observateurs de son groupe, dans la localité de Thomassin (hauteurs de Pétion-Ville).

Pour comble de confusion, le CEP a averti mercredi dans un communiqué qu'aucun candidat ne peut se proclamer vainqueur des élections et que les résultats de lundi n'étaient que proisoires.

Pour l'instant, si le candidat donné provisoirement  gagnant du premier tour  de la presidentielle par le CEP, Jovenel Moïse, miultiplie des rencontres et que ses partisans manifestent  librement dans ceraines régions du pays,  comme à Miragoâne (Nippes), à Port-au-Prince, les partisans des  candidats qui contestent les resultats, occupent la rue, malgré l'interdicyion qui leur est faite de manifester.

Ils étaient plusieurs milliers encore dans les rues ce mercredi pour réclamer le respect du vote populaire. Des manifstants ont accusé les conseillers electoraux et les responsables du centre de tabulation d'avoir gardé comme  base de ravail, la meme programation qui avait été faite en 2015. La manifestation qui se déroulait pacifiquement  allait tourner au vinaigre, lorsque la police a décidé de la bloquer au niveau de Delmas 48.

Furieux, ils ont lancé des jets de pierres qui cassèrent les pare-brises de plusieurs vehicules.

La veille dans le quarier de la Saline, des policiers avaient causé la mort d'au moins deux personnes et blessé plusieurs autres, alors qu'ils tentaient d'empêcher la tenue d'une manifestation.

0 commentaires:

Publier un commentaire