dimanche 19 mars 2017

L'ancien président Aristide attendu ce lundi au cabinet du juge d'instruction Jean-Wilner Morin, qui enquête sur un dossier de blanchiment présumé concernant un de ses proches: des secteurs dénoncent des manoeuvres de diversion

Port-au-Prince, 19 mars 2015- (AHP)-  L'ancien président Jean Bertrand Aristide devrait répondre  ce lundi à une invitation du juge d'instruction Jean-Wilner Morin, qui enquête sur un dossier de blanchiment présumé dans lequel un de ses proches, Jean-Anthony Nazaire, est accusé d'implication.

L'ancien chef de l'Etat sera entendu a titre de témoin.M. Aristide n'avait  pas répondu aux premiers invitations pour cause d'erreurs matérielles en rapport avec la date inscrite sur la correspondance et en raison du fait que l'un de ses avocats était en voyage professionnelle à l'étranger.

Un haut cadre de Fanmi Lavalas, Yvon Feuillé a rappelé à l'occasion que l'ancien président est un homme respectueux des institutions haïtiennes et u'il répondra a cette invitation. 

Il a toutefois  invité les autorités compétentes à prendre des mesures pour garantir sa sécurité ainsi que celle des personnes qui l'accompagneront.

Yvon Feuillé a par ailleurs annoncé que les députés de Fanmi Lavalas ont pour consigne de voter contre la déclaration de politique générale du premier ministre Jack Guy Lafontant, attendu lundi à la chambre basse après avoir franchi le cap du Sénat.

Nous avions souhaité que nos sénateurs votent contre, a admis l'ex-sénateur  rappelant toutefois que les sénateurs de souche Lavalas ou membres du parti, sont minoritaires au grand corps.

Yvon Feuillé a aussi dénoncé le vote par le sénat de la pseudo loi sur la diffamation qu'il qualifie de pas vers la dictature. 
S'agissant de la formation du gouvernement, M. Feuillé a redit que Fanmi Lavalas n'a rien à y voir, organisation politique 
continuant de dénoncer un " coup d'Etat électoral" grâce auquel les dirigeants actuels ont accédé au pouvoir.

Pour en revenir à l'invitation adressée à l'ancien président Aristide,plusieurs secteurs proches de Fanmi Lavalas considèrent qu'il s'agit d'une manoeuvre  visant à détourner l'attention de l'enquête sur le  dossier de blanchiment des avoirs dans lequel le président Jovenel Moïse se touve empêtré.

Il s'agirait aussi, selon les memes  secteurs, de faire de la diversion autour des causes exactes du décès de l'ancien président Préval, survenu brutalement le 3 mars dernier.

Ils dénoncent aussi des persécutions politiques et  des manoeuvres de secteurs combinées visant à faire échec à Fanmi Lavalas. Et c'est ce qui se serait passé lors de la dernière présidentielle.



0 commentaires:

Publier un commentaire