mercredi 29 juillet 2015

Un groupe de travail des Nations Unies sur les afro-descendants a exhorte la République dominicaine à se garder des expulsions arbitraires et à adopter des mécanismes pour répondre aux accusations de racisme lors des déportations de citoyens d'origine haïtienne.

Port-au-Prince, le 28 juillet 2015 – (AHP) – Dans une déclaration, les experts se réfèrent à des rapports faisant état d'au moins 19.000 personnes qui ont quitté la République Dominique pour rentrer en Haïti depuis 17 Juin "avant d'exprimer leur crainte que les droits des expulsées soient violés lors des déportations devant officiellement commencer en août ".

"Personne ne devrait être expulsé si il y'a des raisons juridiques et valides pour qu'il reste au pays , a déclaré Mireille Fanon Mendès-France, président du groupe d'experts. 

 «Les migrants ont droit à la protection des autorités et les Dominicains d'origine haïtienne ont le droit de vivre en sécurité dans le pays, ainsi que les enfants nés en République dominicaine qui ont été légalement enregistrée," a-t-elle ajouté.

Et l'experte d'ajouter "La République dominicaine ne peut violer ni normes internationales, ni les mécanismes de protection du système interaméricain des droits humains, et, en particulier, ne peut pas violer sa propre constitution". 

Elle a également noté les difficultés à obtenir les documents nécessaires à l'enregistrement dans le cadre du processus de régularisation et de déportation, ainsi que le manque d'informations sur le plan de la déportation. 

 Le Groupe de travail a réitéré son appel aux autorités dominicaines pour qu'elles fassent preuve de transparence et d'efficacité, dans l'adoption de mesures pour lutter efficacement contre la discrimination et l'exclusion sociale dans le cas de la plupart des migrants haïtiens et des personnes d'origine haïtienne dans le pays ". 

 "La République dominicaine ne reconnaît pas l'existence du racisme structurel et de la xénophobie, mais devrait considérer ces questions comme une priorité pour que le pays puise vivre libre de tensions et des craintes", a dit Mendes-France.

0 commentaires:

Publier un commentaire