jeudi 23 novembre 2017

Le Ministère à la condition féminine et ONU-FEMME lancent le projet portant sur la réduction des violences faites aux femmes en période électorale: la violence, la division sexuelle du travail et le manque d’accès aux ressources sont entre autres facteurs qui engendrent la faible représentation des femmes aux postes électifs et décisionnels, selon la gestionnaire du projet pour ONU Femmes



Port-au-Prince, le 23 novembre 2017 - (AHP)- Le Ministère a la condition féminine et aux droits des femmes a lancé ce jeudi, de concert avec ONU-FEMME, un projet portant sur la réduction des violences faites aux femmes en période électorale.

Une initiative qui vise, selon la gestionnaire du projet pour ONU Femmes, Kenise Phanord, a accroitre la présence des femmes dans des postes de décision. Madame Phanord a déploré que les femme qui représentent pourtant plus de la moitié de la population, aient été représentées, lors des dernières élections, dans moins de 3% des postes.

La division sexuelle du travail et le manque d’accès aux ressources sont entre autres les facteurs qui, selon elle, engendrent cette faible représentation des femmes aux postes électifs et décisionnels.

Elle pointe également l'espace politique qui, à son avis, ne permet pas réellement l'intégration des femmes, ainsi que les violences dont elles sont l'objet en période électorale.

Elle a annoncé la mise sur pied d'une cellule devant organiser des discussions avec les organisations féminines, les responsables de partis politiques et d'autres organisations de la société civile en vu

Participant a la cérémonie, la sénatrice du nord, Dieudonne E. Luma, l'unique femme qui siège actuellement au sénat de la république, s'est déclarée confiante que les choses vont changer. Nous devons continuer a travailler pour que cela change, a-t-elle dit.

De son coté, l'ambassadeur du Canada en Haïti, André Frenette, a réaffirmé la volonté d'Ottawa de continuer a appuyer Port-au-Prince dans la lutte en faveur de l'équité de genre, mettant en exergue la nécessite qu'il y ait un gouvernance inclusive.

Pour sa part, la ministre a la condition féminine et aux droits des Femmes, Eunide Innocent s'est félicité de la coopération canadienne qui a rendu possible la réalisation de ce projet grâce notamment a un appui de 1.4 million de dollars Cela, dit-elle, va accélérer la marche vers la l’égalité des  sexes.  La ministre dit croire en la réussite du projet et encourage toutes les organisations de femmes à y travailler.



0 commentaires:

Publier un commentaire