mercredi 30 août 2017

Le pseudo scandale dit des kits scolaires a emporté le ministre des affaires sociales et du travail: Roosevelt Bellevue a été mis à pied, selon un arrêté qui précise que le portefeuille sera détenu provisoirement par le premier ministre Jack Guy Lafontant



Port-au-Prince, le 29 aout 2017 - (AHP) - Le scandale dit des kits scolaires qui affecte le gouvernement Moise-Lafontant tient sa première victime. Le ministre des affaires sociales et du travail (MAST), Roosevelt Bellevue a été demis de ses fonctions.

C'est le premier ministre Jack Guy Lafontant qui a été nommé a la tête du MAST, selon un arrêté présidentiel publié ce mardi dans le journal officiel le moniteur.

Le  nom de Roosevelt Bellevue est associé à un pseudo scandale de corruption qui éclabousse d'avantage l'image de l'administration du président Jovenel Moise. Et le gouvernement s'est empressé de se débarrasser de Monsieur Bellevue, profitant du fait que ce dernier n'est pas très populaire parmi la majorité de la population, en raison de son comportement  jugé anti-ouvrier dans le dosssier du salaire minimum.

Il est accusé d'avoir   doublé le prix d'un kit évalué à environ 17 dollars. Mais, d'aucuns interroge: quel type de kit peut-on se procurer avec un montant aussi dérisoire, 17 dollars équivalant à 1058 gourdes.

La mise a pied de Roosevelt Bellevue est intervenue seulement quelques heures après qu'il eut démenti les "allégations" selon lesquelles il aurait été impliqué dans une opération frauduleuse de sursaturation de kits scolaires, destinés aux parents nécessiteux à la veille de la rentrée des classes qui s'effectue dans un climat économique plutôt morose.

C'est une enquête célère qui n'auara duré que 3 jours.

Interrogée sur le degré d'implication du désormais ex-ministre des affaires sociales dans cette pseudo  affaire, Tamara Orion, l'une des porte-paroles de la présidence s'est contentée de dire que les membres du gouvernement doivent être au-dessus de tout soupçon.

Elle n'a pas voulu répondre aux questions relatives aux éléments de preuves qu'aurait obtenus l'exécutif pour limoger M. Bellevue. Elle est également restée fermée à tout éclaircissement, lorsqu'on lui a demandé si de simples soupçons suffisaient à provoquer le renvoi d'un des membres de l'équipe au pouvoir.

La présidence avait annoncé lundi, par le truchement de Lucien Jura, responsable de son porte-parolat et conseiller en communication du président Jovenel Moise, qu'une enquête avait été diligentée pour faire la lumière autour de la question.

Il n'y aura aucune tolérance envers les coupables, si coupable il y en a, avait indiqué l'ex-journaliste qui assurait que toute personne impliquée dans ce scandale, en répondra par devant les institutions compétentes.

Beaucoup relèvent toutefois sur les réseaux sociaux que c;est la première fois qu'une enquête gouvernementale aboutit dans un temps aussi record, ce qui fait dire à d'autres que les autorités voulaient déjà la tête de Roosvelt Bellevue ou qu'il en a fait son bouc émissaire, dans un contexte où les accusations de corruption se multiplient. 

C'est dimanche que les rumeurs concernant l'ancien ministre des Affaires sociales ont commencé à circuler sur le net. Et beaucoup s'interrogent aujourd'hui  sur l'identité des personnes qui les ont fait circuler.

Quoi qu'il en soit, le ministre de l'Education nationale, Pierre Josué Agénor Cadet a défendu mardi matin, son chef de cabinet, Jackson Pléteau dont le nom est également associé à ce scandale. 

Le MENFP n'a pas signé de contrat pour l'acquisition de kits scolaires ni débloqué des fonds pour une telle opération, a assuré le professeur Cadet.

Le ministre de l’éducation nationale a déploré les difficultés qui entravent l’application de la loi sur les frais scolaires. 

Selon lui, les directeurs d’écoles privées ont trouvé des artifices pour contourner les dispositions. 


 Josué Agénor Cadet a prévenu   qu’aucune sanction ne pourra être appliquée contre les contrevenants tant que les parents lésés n’auront pas décidé de porter plainte.

0 commentaires:

Publier un commentaire