vendredi 26 mai 2017

La grogne sociale s'amplifie, greffée à une recrudescence inquiétante de l'insécurité

Port-au-Prince, le 25 mai 2017 - (AHP) - Le président de la commission "Affaires sociales" du sénat, Antonio Chéramy, et le ministre des affaires sociales et du travail, Roosevelt Bellevue, ont effectué séparément ce jeudi, une visite à la société nationale des parcs industriels SONAPI pour s'enquérir des conditions de travail des ouvriers de la sous-traitance.

Ces visites interviennent deux  jours après les incidents enregistrés au parc industriel en marge d'un mouvement de protestation des ouvriers pour réclamer un ajustement du salaire minimum à 800 gourdes. 

Plusieurs ouvriers ont affirmé avoir été brutalisés par des agents d'unités spécialisées de la PNH ,  alors que les responsables de plusieurs entreprises prétendent que des actes de  violence ont caractérisé le mouvement des ouvriers protestataires.

En tout cas, le sénateurs Antonio Chéramy affirme avoir rencontré des ouvriers qui portaient encore les traces de violence perpétrées contre eux. J'ai voulu m'enquérir de leur situation en en tenir compte, lors de ma rencontre avec le ministre des affaires sociales, qui serait attendu au grand corps la semaine prochaine, a dit Don Kato.

Le parlementaire a aussi promis de rencontrer les représentants du patronat pour avoir leur point de vue autour de la question.

Pour sa part, le ministre des Affaires sociales qui, lui aussi, s'était rendu au parc industriel, affirme avoir voulu prendre le pouls de la situation après les dénonciation des ouvriers autour des brutalités policières dont ils ont été  victimes.

L'atmosphère était plutôt calme, serein ce jeudi, s'est contenté de dire M. Bellevue qui a tenté de convaincre de la volonté du gouvernement de travailler à l'amélioration des conditions de travail des ouvriers, tout en sécurisant les emplois dans le pays.

Il affirme avoir échangé avec les ouvriers de la sous-traitance et dit attendre du CSS, le conseil supérieur des salaires, qu'il soit constitué avec la confirmation de ses membres ou la désignation de nouveaux représentants des secteurs concernés, pour plancher sur la question du salaire minimum.

Pour ce qui est des critiques dont il fait l'objet de la part des parlementaires lui reprochant son mépris envers leur assemblée pour avoir boudé plusieurs invitations, le ministre Bellevue affirme avoir reçu mardi une invitation pour un rencontre qui devrait se tenir le lendemain.

J'avais déjà un agenda bien rempli et j'ai respectueusement écrit aux père-concscrits pour leur signifier mon incapacité a répondre, a dit le ministre qui affirme qu'au moment opportun, il pourra les entretenir sur sa gestion de la crise.

Le président Jovenel Moise qui est rentré au pays ce jeudi après son premier voyage officiel a l'étranger, a lancé un appel au calme à l'endroit des ouvriers protestataires et un appel au dialogue a l'intention de tous les acteurs, seul moyen, dit-il, de résoudre le problème.

Il a lui aussi appelé à la finalisation du processus de  reconstitution du CSS pour plancher sur la question du salaire minimum. 

Il faut que le conseil supérieur des salaires soit complété et fasse, dans le meilleur délai, ses propositions autour des salaires de base dans les différentes branches d'activités, a dit Jovenel Moise qui a aussi réaffirmé la volonté de son administration d'oeuvrer a l'amélioration des conditions de travail des ouvriers.

Plusieurs ouvriers l'avaient accusé la semaine dernière de banaliser leurs revendications pour favoriser des patrons qui ont financé sa campagne électorale.

Toutefois, beaucoup de secteurs estiment que le chef de l'Etat a intérêt à bien appréhender ce dossier, dans ce contexte de grogne quasi généralisé, pendant que l'insécurité atteint des proportions inquiétantes. 

0 commentaires:

Publier un commentaire