mardi 30 mai 2017

Activités toujours quasiment paralysés à la SONAPI: les ouvriers campent sur leur revendication d'un salaire minimum à 800 gourdes et continuent de dénoncer des brutalités policières, alors qu'un nouveau membre du CSS démissionne


Port-au-Prince, le 30 mai 2017 - (AHP) - Lundi, l'un des représentants du secteur syndical au conseil supérieur des salaires CSS, Jean Bonald Fat,al a décidé de jeter l'éponge et dénoncé l'attitude de l'Exécutif qu'il accuse d'affaiblir cette institution appelée a faire, chaque année, des propositions de salaire minium.

Ils font tout pour empêcher le CSS de produire son rapport, a dit M. Fatal qui dénonce également des menaces pour la cohésion sociale dans le pays. Pour lui, les autorités haïtiennes seraient sur le point de construire une société axée sur la pauvreté.

Ce mardi, les activités étaient toujours paralysées à la SONAPI, la société nationale des parcs industriels, ont fait savoir certains ouvriers qui saffirment être l'objet de menaces et pressions de toutes sortes.

Dénonçant ces pratiques qu'ils qualifient d'anti-syndicales, ces ouvriers ont réaffirmé leur volonté de continuer a se mobiliser pour obtenir un ajustement de salaire a 800 gourdes par jour. 

La plateforme des organisations haïtiennes de droits humains s'est déclarée solidaire de la lutte des ouvriers de la sous-traitance en faveur d'un ajustement du salaire minimum a 800 gourdes et demande au gouvernement de prendre en compte leurs recommandations.

La PHODH a aussi accusé des agents de la PHN d'avoir brutalisé des ouvriers lors de la manifestation du 22 mai dernier. Elle invite le gouvernement a respecter et a protéger les droits des travailleurs et se prononce contre toutes formes d'intimidation et de révocations arbitraires.

0 commentaires:

Publier un commentaire