jeudi 5 avril 2018

Les ouvriers des factories se mobilisent en vue de nouveaux mouvements pour reclamer un salaire minimum de 800 gourdes: le syndicaliste Dominique Saint-Eloi dénoncent un plan “Patrons/CSS/Jovenel Moïse, suite aux déclarations du président de la République contre un doublement de salaire





Port-au-Prince, 6 avril 2018- (AHP)- Les ouvriers de la sous-traitance s’apprêtent à lancer de nouveaux mouvement de protestation pour empêcher une banalisation de leurs revendications dans le dossier du salaire minimum.

Le conseil supérieur des salaires est accusé de faire le jeu des patrons dans le cadre de l’élaboration de son prochain rapport sur le salaire minimum.

 Un des représentants des syndicats, Dominique St Eloi a appelé jeudi les ouvriers à rester mobilisés pour faire échec aux menées du trio “patron, css et president de la république”. Il a deplore ce qu’il appelle les “fuites en avant du président Jovenel Moise” qui a récemment  laissé entendre qu’il ne permettra pas un “doublement du salaire minimum”.

De nouvelles manifestations seront annoncées pour revendiquer outre un salaire minium de 800 gourdes ,mais encore des accompagnements sociaux et le traitement du dossier des heures supplémentaires.

M. St-Eloi a rappelé que les ouvriers n’avaient  obtenu l’année dernière qu’une pitance de 15 gourdes sur le salaire minimum, soit, a-t-il dit, 3 adoken.

“Nous allons continuer de discuter avec les autres syndicats pour planifier les prochains mouvements”, a prévenu Dominique St-Eloi qui a dénoncé les agissements d’un certain Jacky qui fait pression sur les ouvriers pour les empêcher  de se syndiquer.

Ils appelle les ouvriers de la sous-traitance et leurs famlles à participer aux prochains mouvements, malgré, a-t-il dit, “les menaces d’un président au service des patrons”.


0 commentaires:

Publier un commentaire