mercredi 25 avril 2018

Les 5 nouveaux arrivés au gouvernement, ont-ils été nommés en violation de la Constitution : un groupe de députéss a donné jusqu’à ce mercredi soir au premier mnistre pour répondre à un ensemble d’exigences de la loi-mère



Port-au-Prince, 25 avril 2018- (AHP)- La mini-réforme ministérielle annoncée dans la soirée de  lundi  par le premier ministre Jack Guy Lafontant, n’est susceptible d’apporter aucun changement, selon l’analyse de différents secteurs et personnalités qui sont intervenus sur le dossier.

Des personnalités de la société civile , de la classe politique ou même des alliés du pouvoir et, ont fait valoir  que ce sont des hommes issus du même   secteur politique qui ont remplacé les ministres écartés

Certains proches du gouvernement  ont fait savoir quant à eux, qu’ils s’attendaient à la mise en place d’un gouvernement d’ouverture susceptible de débloquer la situation politique.
« Si les 5 nouveaux ministres nommés ont été façonnés dans le même moule, il n’y a aucune raison pour que ça change », a fait savoir le sénateur Antonio Cheramy qui dit croire plutôt que c’est un espace offert à 5 nouveaux individus pour devenir millionnaires.

Pour le sénateur Youri Latortue, chef du Parti AAA et ancien président du Sénat, le président Jovenel Moïse a, de concert avec l’ancien président Michel Martelly, tout donné au PHTK, mettant de côtés les alliés et (les autres partis financés par le Pouvoir).

Mais, cela ne s’arrête pas là, les 5  nouveaux ministres nommés lundi soir ,  l’auraient été de manière irrégulière et inconstitutionnelle. Ce qui pourrait rendre tout le gouvernement de facto.

Et pour cause, un groupe de députés de la 50ème législature a sommé le premier ministre Jack Guy Lafontant, de soumettre à la Chambre Basse, dans un délai ne dépassant pas 24 heures, tous les documents pouvant prouver que les nouveaux ministres respectent les articles 52.1 et 172.1 de la constitution.

« Le gouvernement sera considéré comme de facto si le premier ministre  Jack Guy Lafontant  ne fournit pas , au plus tard ce mercredi après-midi,  des documents prouvant que les nouvelles nominations  sont conformes a la constitution,  au regard de ses  articles 52.1 et 172.1, selon une position commune de 16 députés. 

Le député de Fanmi Lavalas Joseph Manès Louis, un ancien commissaire du gouvernement, a  précisé que sont requis des 5 nouveaux ministres, des documents au nombre desquels, le certificat de déclaration définitive d`impôts pour les cinq dernières années, leur acte de naissance, le certificat notarié prouvant qu`ils sont propriétaires immobiliers, le certificat prouvant qu`ils n`ont pas été comptables de deniers publics, le certificat de décharge s’ils ont été comptables de deniers publics, le Certificat du service d`Immigration prouvant qu`ils n`ont pas d`autres nationalités, le Certificat du CEP prouvant qu`ils avaient voté aux dernières élections, la copie de leur casier judiciaire prouvant qu`ils n`ont pas été condamnés pour une peine afflictive et infâmante.

Les députés ont averti que si le premier ministre n`obtempère pas dans le délai fixé (24 heures), ils prendront acte que celui-ci a violé  de façon délibérée la constitution.

Le premier ministre va-t-il faire flèche de tout bois, ou va-t-il se conformer aux exigences de la constitution?

0 commentaires:

Publier un commentaire