lundi 9 avril 2018

Le consul dominicain à Anse-à-Pître et le maire haïtien de cette commune Harry Bruno se sont rencontrés lundi autour de la réouverture du marché binational de Pédernales

Anse-à-Pître, 9 avril 2018- (AHP)- Le maire de la commune haïtienne d’Anse-à-Pître, Harry Bruno a eu une rencontre ce lundi avec le consul dominicain à Anse-à-Pitre (Haïti), Max Feliz Terrero, (Martin), à l’issue de laquelle ils ont convenu de tenir une autre réunion pour discuter de la réouverture du marché binational fermé de façon unilatérale, le mois dernier,  par le maire de Pédernales, Luis Manuel Féliz Matos

Cette nouvelle réunion aura lieu jeudi, pour tenter d’obtenir la réouverture finale du marché binational  le vendredi 13 avril.

Le maire haïtien avait boudé deux rencontres avec le maire Matos, qui, megaphone en main, avait décidé seul de la fermeture du marché binational, pour réclamer la livraison à la justice dominicaine d’un citoyen haïtien accusé d’implication dans le meurtre d’un couple de paysans dominicains Julio Diaz Reyes Matos et Neida Féliz Urbaez.

D’autres ultra-nationalistes avait fixé un délai de 24 heures à la communauté haïtienne pour vider la ville de pédernales.

Cette décision s’est retournée contre les Dominicains. En effet, depuis le départ des Haïtiens, les commerçants sont  en faillite à Pédernales, éprouvant toutes difficultés à écouler leurs produits. Et le maire Matos ne sait depuis, où donner de la tête pour obtenir la réouverture du marché

L’invitation à la reprise des activités vendredi dernier a été ignorée par la commuauté haïtienne, à l’initiative du maire Harry Bruno, qui avec le support de  policiers haïtiens, a pu persuader ses compatriotes d'Anse-à-Pitre-Haïti, de ne pas  traverser la frontière . Il a mis en avant entre autres, l'insécurité et les menaces proférées récemment contre eux par les extremistes dominicains.

 

A remarquer que la  rencontre préliminaire a eu lieu lundi avec le consul dominicain Máximo Féliz Terrero et non avec le maire de Pédernales jugé peut-être trop conflictuel.

 

Dans les discussions jeudi prochain entre les deux parties, le maire Harry Bruno devrait chercher à obtenir entre autres que les commerçants haïtiens puisssent vendre  tous leurs produits, à quantité égale, sur le marché binational, et que leur sécurité soit garantie.

 

La partie haïtienne devrait également négocier vite et bien, pour éviter que les commerçants décident, seuls, de traverser la frontière pour  participer au marché binational, en depit des consignes des autorités haï

0 commentaires:

Publier un commentaire