lundi 26 février 2018

29e réunion intersessionnelle de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Caricom en Haïti: entre autres sujets à l’ordre du jour les 26 et 27 février: la sécurité, la criminalité, la libre circulation des personnes et des marchandises, le transport et la lutte contre la corruption



Port-au-Prince, le 26 février 2018 - (AHP) - Haiti accueille à partir de ce lundi, la 29e réunion intersessionnelle de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Caricom.

Les délégués des pays membres de l’organisation discutent pendant deux jours, (26 et 27 février), de sujets d’intérêts régional.

Entre autres, la sécurité, la criminalité, la libre circulation des personnes et des marchandises, le transport et la lutte contre la corruption.

Dans son allocution de circonstance, le président Jovenel Moise, qui assure jusqu’au mois de juin, la présidence tournante de la Caricom, a mis l’accent sur la nécessité de renforcer les mécanismes d’accompagnement des pays victimes des catastrophes naturelles.

“Il nous faut trouver un moyen de permettre aux territoires touchés par les galetas climatiques, d’avoir accès aux fonds disponibles dès le lendemain d’un désastre, a-t-il dit. 

Le président Moise a aussi affirmé son intérêt à lutter pour favoriser l’application d’une résolution votée en 2013, sous la présidence de Michel Martelly, pour faire du français, une langue de travail officielle de la Caricom.

Il a aussi plaidé en faveur de l’introduction du créole et du néerlandais au sein de l’organisation régionale. Pour ce qui est de la lutte contre la corruption, Jovenel Moise qui reconnait que ce fléau mine le développement d’un pays, a affirmé que l’organisation a déployé d’importants d’efforts.

Celui qui est accusé d’avoir reconnu avoir nommé, sous pression, des juges soupçonnés de corruption dans le système judiciaire haïtien, s’est félicité des efforts qu’il dit avoir déployés dans le but de renforcer les institutions de lutte contre la corruption en Haiti.

Jovenel Moïse a plaidé en faveur d’une lutte efficace contre la corruption, soulignant que les ressources du pays doivent être utilisées de manière rationnelle et raisonnable.

Le président de la chambre des députés, Gary Bodeau a, en marge de la cérémonie d’ouverture, souligné l’importance d’un tel évènement pour Haiti.

Il s’agit, dit-il, d’une fenêtre d’opportunités pour le pays qui capte, pendant deux jours, l’attention de la presse régionale avec la présence d’une quinzaine de chefs d’Etat et de gouvernement de la région. 

S’agissant des retombées, il assure que sur le plan politique, cela demandera du temps pour les constater mais pense que, déjà au niveau économique, les secteurs de l’hôtellerie et de l’artisanat peuvent tirer leur épingle du jeu.

Son collègue Price Cyprien se félicite lui aussi de la tenue de cette conférence internationale de deux jours en Haiti, estimant qu’elle permettra au pays de mieux s’intégrer dans le marché.

Il soutient que l’instabilité politique et la pauvreté sont deux des principaux obstacles empêchant l’intégration économique d’Haïti dans la Caricom.

En fin de journée, le président du Sénat Joseph Lambert et celui de la chambre des députés, Gary Bodeau, se sont plaints dans une lettre au premier ministre Jack Guy Lafontant, d’avoir été totalement ignorés ce lundi par “la présentatrice ou maître de cérérémonie” lors de la cérémonie d’ouverture  de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Caraïbe, au mépris des règles affiché par le Service du Protocole.

Les deux hommes menacent de s’abstenir de participer dorénavant de toute cérémonie officielle, faute de la reconnaissance et des égards dus à leur rang.
https://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gif

0 commentaires:

Publier un commentaire