lundi 15 octobre 2018

Le procès Petro Caribe aura lieu en toute équité ou le pays continuera de s’enfoncer dans le chaos




Le procès Petro Caribe aura lieu en toute équité ou le pays continuera de s’enfoncer dans le chaos
==

AHP 15/10/2018- Vive tension à travers le pays , à la veille du 17 octobre 2018 qui marque le 212ème anniversaire de l’assassinat du Père de la patrie, Jean-Jacques Dessalines.

C’est cette date qui a été choisie par de nombreux secteurs et personalités qui luttent en faveur de la récupération des fonds Petro Caribe, pour faire comprendre aux autorités la necessité de laisser la justice faire son travail en toute indépendance, pour que  les coupables de la dilapidation des 3.8 miliards du Fonds petroCaribe paient pour leur forfait et que ceux qui auraient été accusés injustement de crimes financiers, en soient lavés  à tout jamais.

Or,  le gouvernement est accusé de vouloir confier la conduite du dossier à des institutions ayant à leur tête  des proches du pouvoir ou des membres du parti au pouvoir ou encore des gens dont les noms sont cités à tort ou à raison dans le détournement de ces fonds qui etaient destinés  au développement du pays, des fonds qui devront être remboursés, un jour ou l’autre.   

Il est donc plus que juste que  des individus impliqués ou soupconnés  d’implication dans ce ce vaste scandale de corruption , restent à l’écart de ce dossier.

Mais face à l’obstination du pouvoir de faire différemment, en tentant de court-circuiter le procès réclamé, en utilisant la repression, ou en essayant de justifier le “vol du siècle” par d’autres vols, beaucoup estiment tout à fait normal que la population mette la pression pour que l’argent soit rendu et qu’un exemple soit tracé une fois pour toutes.

De fait, partout à travers le pays, sur des pancartes ou sur des banderoles,  sur les réseaux sociaux ou dans les manifstations et les sit-in, on ne prône qu’une chose “La révolte générale”,  on ne rélame qu’une chose:  l’argent petro Caribe.

Paniqués, des membres et des partisans du gouvernement se montrent arrogants et menaçants.

D’abord, il y a eu la répression  violente des manifestations, mise sur le dos du Directeur départemental de l’Ouest de la police (DDO) Berson Soljour dont les mauvaises langues disent qu’il est aujourd’hui frappé par la Petro-malédiction.

Vint ensuite, le secrétaire d’Etat à la sécurité publique   Ronsard Saint-Cyr  très familier de certaines bases, qui a promis des dispositions drastiques pour contrer ceux qui, selon lui, veulent utiliser la violence pour réclamer les fonds dilapidés,  comme si le pillage des fonds publics qui empêche des enfants d’aller à l’école, de trouver des soins de santé et de manger à leur faim, n’était pas la plus grande des violences.

Cette fin de semaine, c’était le tour du président Jovenel Moïse de sillonner les commissariats de police pour  promettre une nouvelle fois aux policiers que des dispositions sont en cours pour améliorer leurs conditions de vie, dont le droit à un logement décent, et puis un accompagnement pour les enfants de policiers décédés dans l’exercice de leur fonction.

Une façon pour le chef de L’Etat  de dire aux policiers que son administration marche avec eux.

La note du Ministère de la Communication qui parle de la  visite  du chef de l’Etat au Commissariat principal de Cité soleil, ne fait pas état des informations laissant aussi croire que M. Moïse aurait procédé à une distribution d’argent aux policiers.

Une mesure que plusieurs secteurs considèrent comme un appel à réprimer  ceux qui décident de manifester le 17 octobre.

En fin de compte, pour beaucoup de gens , le dossier Petro Caribe ne pourra pas être évacué à coups de violences, de menaces, de repression des manifestations et de pots-de-vin.

Il ne le sera que lorsque la justice pourra faire son travail en toute indépendance.

Lors des dernières manifestations, de nombreuses personnes ont appelé des pays de  la communauté internationale à appuyer ceux qui combattent pour la vérité dans ce dossier et pour la reddition des comptes, car il est plus qu’indécent, révoltant et inadmissible   que, dans un pays aussi misérable, aussi pauvre qu’Haïti qui va partout quémander de l’argent , on laisse quelques dizaines de personnes avec de puissants complices, dilapider impunément près de 4 milliards de dollars.

C’est ainsi  et ainsi seulement que ces pays seront des amis d’Haïti.

Le procès Petro Caribe aura lieu en toute équité ou le pays continuera de s’enfoncer dans le chaos avec les intérêts des uns et des autres.

0 commentaires:

Publier un commentaire